Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Liberté d'expression




Le Conseil de l'Europe n’y est pas allé par quatre chemins : la liberté d'expression est un droit irréfragable dans  toute société démocratique. Un projet de lignes directrices visant sa  protection sera ainsi débattu en décembre prochain. Annonce en a été faite à l'issue d'une conférence internationale  qui a été tenue à Strasbourg en présence des magistrats de la Cour européenne des droits de l'Homme, des juges des tribunaux nationaux, des journalistes et représentants d'organisations de défense de la liberté des médias, ainsi que des représentants de gouvernements et d'organisations internationales.
Le Maroc y a été représenté par une délégation de la Haute  autorité de la communication audiovisuelle dont la  présidente a rappelé que la liberté d'expression est, entre autres, un  élément structurant de la vie démocratique dans n'importe quelle société. Un rappel qui est d’importance en ces temps troubles où la loi du plus fort régente les relations internationales et où la sécurité et la stabilité des Etats ont pris la prééminence sur les libertés individuelles.
De nos jours, ces dernières se trouvent d’ailleurs fragilisées par la montée en puissance d’idéologies rétrogrades qui prônent la haine et incitent à la violence et par des modes d’organisation du travail qui conduisent vers la pire des exploitations de l’homme qui soit.
La liberté d'expression qui, comme chacun le sait depuis des lustres, a comme corollaire la liberté de la presse, la liberté d'association, la liberté de réunion, la liberté de manifestation mais aussi le respect d'autrui, n’a donc plus la cote sous plusieurs cieux.
Crise économique, crise d’identité, … tout n’est certes pas rose, mais l’espoir devrait rester de mise. Particulièrement parmi ces chiens de garde de la démocratie que les journalistes sont censés être, mais qui ne peuvent s’en acquitter sans un minimum de protection légale. Le hic, c’est qu’en certaines contrées, les lois encadrant cette profession sont devenues tellement restrictives qu’elles tiennent du simple carcan.  
Faut-il baisser les bras pour autant? Au contraire, il faut dorénavant non seulement soutenir activement toutes les démarches de nature à nous confirmer dans nos droits, mais aussi tout faire pour lutter contre les éventuelles atteintes qui leur sont portées.

Lundi 19 Octobre 2015

Lu 6292 fois

Dans la même rubrique :

Perte de vitesse - 13/02/2017

L’année du coq - 31/12/2016

Raison d’Etat - 15/10/2015

Les vieux - 02/10/2015

1 2 3 4

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés