Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc

Les camping-caristes particulièrement concernés




Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc
La France va multiplier les liaisons maritimes vers le Maroc afin de pouvoir rapatrier ses ressortissants encore bloqués en raison de la pandémie de Covid-19, a annoncé mardi le ministère français de Affaires étrangères. "Nous allons organiser, pour les camping-caristes en particulier, mais pas uniquement pour eux, une dizaine de liaisons maritimes dans les quinze prochains jours", a ajouté le ministre, évoquant un "véritable pont maritime".
Un ferry est parti mardi vers Sète, un autre est prévu mercredi vers Marseille, deux ports français sur la façade méditerranéenne. Des traversées seront aussi programmées "la semaine prochaine" vers Malaga (Espagne), Sète et Marseille, a précisé le ministre.
Depuis Malaga, les camping-caristes seront autorisés par les autorités espagnoles à rentrer en France "s'ils restent sur l'autoroute", a-t-il relevé.
Assailli de questions sur la situation des Français ainsi bloqués, notamment au Maroc, Jean-Yves Le Drian a concédé des "difficultés" mais a aussi pointé les réglementations très strictes qui compliquent les rapatriements depuis ces pays.
"Je comprends leurs frustrations, qu'ils comprennent aussi les difficultés auxquelles nous sommes confrontés. Nous faisons le mieux possible mais ce n'est pas toujours simple", a-t-il plaidé.
Depuis la mi-mars, 200 vols spéciaux ont permis le rapatriement de 30.000 Français du Maroc, a assuré Jean-Yves Le Drian.
Au total, 186.000 ressortissants français, touristes ou voyageurs en déplacement à travers le monde pour raisons familiales ou professionnelles, ont été rapatriés depuis cette date.

Une coopérative de Dakhla certifiée pour la fabrication de masques

 
"Tizra Littanmia" obtient la certification de l’IMANOR
 
La coopérative "Tizra Littanmia" vient d'être certifiée par l’Institut marocain de normalisation (IMANOR) pour la fabrication de masques de protection à pli en tissu, une première dans la région de Dakhla-Oued Eddahab.
Initialement spécialisée dans le textile et la couture, l’unité a été convertie dans la fabrication de masques en tissu polyester, réutilisables après lavage et séchage, dans le sillage de la mobilisation nationale visant à endiguer la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19). 
La coopérative peut désormais lancer la fabrication et la commercialisation de masques conformes aux normes sanitaires et réalisées localement à Dakhla.
Avec une capacité de production de 2.000 unités par jour, cette coopérative a pour objectif de soutenir les efforts et initiatives visant à endiguer la propagation du Covid-19 dans la région de Dakhla-Oued Eddahab.
Cette initiative, pionnière au niveau local, s'inscrit dans une dynamique sociétale exhortant les citoyens à respecter les règles d'hygiène et de sécurité sanitaire, dans la perspective de contribuer aux efforts consentis par les autorités locales pour minimiser le risque de transmission du Covid-19.

Jeudi 28 Mai 2020

Lu 701 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif