Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lever de rideau sur la 7ème édition du festival méditerranéen Cinéma et immigration d'Oujda

La cérémonie d’ouverture a été marquée par l’hommage rendu aux réalisateurs Youness Lahri et Hafid Stitou




La 7ème édition du Festival méditerranéen cinéma et immigration s’est ouverte, mercredi soir au Théâtre Mohammed VI à Oujda, sous le signe "Le cinéma au service du migrant".
Organisée par l’Association solidarité pour le développement et l’immigration, cette édition s’inscrit dans le cadre des activités culturelles célébrant l’événement "Oujda capitale de la culture arabe pour l’année 2018", qui est placé sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI.
Dans des allocutions de circonstance, les organisateurs ont fait remarquer que cette manifestation cinématographique se veut un espace de rencontre et d’échange  sur la question de l’immigration dans le cadre d’une approche globale touchant les volets économique, social et artistique.
Elle se veut aussi, selon le directeur du festival, Abdellatif Drifi, une opportunité afin de présenter au public oujdi les derniers films traitant de ce phénomène mondial, et de contribuer à la promotion de la culture cinématographique dans la région de l’Oriental, surtout devant l’absence de salles de cinéma, et du rayonnement culturel et artistique de la cité millénaire.
La cérémonie d’ouverture a été marquée aussi par l’hommage rendu à deux réalisateurs marocains résidant en Belgique, en l’occurrence Youness Lahri et Hafid Stitou, et ce, en reconnaissance de leurs apports au cinéma et aux efforts déployés pour la promotion de la culture marocaine.
Le public nombreux présent à la soirée d’ouverture a été aussi au rendez-vous avec la présentation des membres du jury de cette 7è édition, dont la présidence est assurée par le réalisateur marocain Abdelhaï Laraki, et avec la projection du film '’Seth’’ de Hafid Stitou, retenu dans le cadre de la compétition officielle de cette rencontre cinématographique.
Les six autres films en lice cette année sont ‘’Nouhe ne sait pas nager’’ de Rachid El Ouali, ‘’Frost’’ de Sharunas Bartas (Lituanie), ‘’Hayat’’ de Raouf Sebbahi (Maroc), ‘’Les Hommes d’argile’’ de Mourad Boucif (Maroc), ‘’Zeus’’ de Paulo Filipe Monteiro (Portugal) et ‘’Newcomers’’ de Maan Mouslli (Syrie).
Ces films concourent pour le Grand prix du festival, le prix du jury, le prix du meilleur scénario et les prix du meilleur acteur et de la meilleure actrice.
Outre les projections des films, le programme comporte une table-ronde pour débattre du thème "Les Marocains du monde et les productions cinématographiques", en plus d’un master class au profit des jeunes de la capitale de l’Oriental intéressés par le 7è art, et des ateliers axés sur l’écriture du scénario, la réalisation et le cinéma des jeunes, animés par des spécialistes marocains et étrangers.

Vendredi 28 Septembre 2018

Lu 641 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com