Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les shebab revendiquent la prise d'une base militaire en Somalie

Au moins huit soldats tués à Barire




 Des insurgés islamistes somaliens shebab ont attaqué et pillé une base militaire de l'armée somalienne vendredi matin dans le sud du pays, tuant au moins huit soldats, a-t-on appris de source officielle et auprès de témoins.
L'attaque a visé un camp militaire de l'armée nationale somalienne (SNA) situé à Barire, à environ 40 km à l'ouest de la capitale Mogadiscio.
Plusieurs témoins interrogés par l'AFP ont confirmé que les combattants shebab avaient pris le contrôle de la base et l'avait pillée après des combats qui ont fait au moins huit morts.
"Il y avait des cadavres autour du camp et je peux confirmer avoir vu au moins huit soldats somaliens morts mais il pourrait y avoir plus de victimes", a déclaré par téléphone à l'AFP Abdulahi Muktar.
Un autre habitant, Mohamed Malim, a précisé avoir entendu deux fortes explosions avant que les combats à l'arme automatique n'éclatent.
"Cette attaque était vraiment bien préparée: les shebab sont venus de trois directions différentes et il y a eu deux fortes explosions, probablement des attaques-suicide" afin d'ouvrir une brèche dans la défense de la base, a rapporté M. Malim.
Un responsable de l'armée somalienne, le général Mohamud Haji Ali a confirmé à la presse "de violents combats ce (vendredi) matin", ajoutant que les soldats avaient détruit un véhicule rempli d'explosifs qui se dirigeait vers eux, avant qu'il n'atteigne sa cible.
Mais le général n'a pas souhaité confirmer la prise de contrôle de la base par les shebab.
Ces derniers ont revendiqué le raid dans un communiqué posté sur le site internet de leur station Radio Andalus.
"Les combattants moudjahidine ont pris par la force le contrôle de Barire, ils ont détruit la base militaire et confisqué environ 11 véhicules, dont cinq équipés d'une mitrailleuse", a déclaré le groupe, confirmant le recours à deux voitures piégées conduites par des kamikazes au début de l'assaut.
Le village de Barire avait été repris aux mains des shebab en août lors d'une opération conjointe de l'armée somalienne et de la force de l'Union africaine dans le pays (Amisom).
Les shebab, affiliés à Al-Qaïda, ont juré la perte du fragile gouvernement central somalien, soutenu par la communauté internationale et par les 22.000 hommes de l'Amisom.
Ils ont été chassés de Mogadiscio en août 2011 et ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicide, souvent dans la capitale, et contre des bases militaires, somaliennes ou étrangères.
Jeudi, au moins sept personnes sont mortes et plusieurs autres ont été blessées dans un attentat à la voiture piégée près d'un marché de Mogadiscio, a-t-on appris auprès d'un porte-parole de la capitale somalienne.
"L'explosion, causée par une voiture chargée d'explosifs, a frappé une zone densément peuplée. Sept personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées", a précisé Abdifatah Omar Halane, porte-parole de la municipalité de Mogadiscio.
L'explosion a eu lieu le long d'une route très fréquentée près du marché d'Hamarweyne, un quartier où des attentats revendiqués par les insurgés islamistes shebab ont déjà eu lieu par le passé.
Un témoin de l'attentat, Ismail Ali, a indiqué que la voiture piégée était en mouvement lorsqu'elle a explosé, au milieu de la route.
"Huit personnes ont été tuées, et la plupart d'entre elles se trouvaient dans un minibus qui passait par là quand la voiture a explosé", a déclaré Abdinasir Mohamed, un autre témoin faisant état d'un bilan légèrement plus élevé que celui des autorités.

Samedi 30 Septembre 2017

Lu 286 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés