Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les séquestrés de Tindouf privés de leurs droits les plus élémentaires

Appel au recensement des résidents des camps conformément au droit international humanitaire


Les séquestrés de Tindouf privés de leurs droits les plus élémentaires
Les participants au colloque tenu à Agadir sous le thème: "Le Sahara marocain: genèses historiques et politiques du conflit factice et la voie pour la solution", ont appelé à penser à de nouveaux moyens pour mettre fin aux souffrances des Marocains séquestrés dans les camps de Tindouf. Dans leurs recommandations ayant sanctionné, mercredi, les travaux de cette rencontre de deux jours, initiée par l’Association “AsSahra”, en partenariat avec le ministère d’Etat chargé des droits de l’Homme et des Relations avec le Parlement, les participants ont appelé à mettre fin aux souffrances des Marocains séquestrés de Tindouf, qui vivent dans des conditions inhumaines et dans une situation déplorable où ils sont privés de leurs droits les plus élémentaires. Les acteurs politiques et associatifs ont exhorté les instances des droits de l'Homme à procéder à un recensement de la population des camps de Tindouf, conformément au droit international humanitaire, qui exige le recensement des réfugiés partout dans le monde.

Ils ont souligné que l'initiative marocaine d'autonomie demeure l'unique solution démocratique, politique et pacifique pour le règlement du différend artificiel autour du Sahara marocain. Les participants à cette rencontre ont également loué l'approche sereine et progressive de la diplomatie marocaine, tout en soulignant l'importance d'organiser des sessions de formation au profit des acteurs associatifs, à même de les qualifier en matière de plaidoyer au sujet de la question du Sahara marocain. Plusieurs axes ont été abordés lors de ce colloque, en particulier "Le rôle de la société civile dans la défense de la cause nationale", "Les provinces du Sud après El Guerguarat, et la voie de la solution", et "Les mutations géopolitiques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, et le rôle futur du Maroc en tant que puissance régionale". Les discussions ont également eu trait aux “racines historiques de la position algérienne hostile à l’intégrité territoriale du Maroc depuis le début du conflit”, aux “partis politiques marocains et la cause nationale” et à “l’implication sérieuse du Maroc dans la solution du conflit et l’importance de son initiative d’autonomie pour clore le différend artificiel autour du Sahara marocain”. 

Libé
Dimanche 28 Mars 2021

Lu 164 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS