Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les séparatistes persona non grata en Côte d’Ivoire

Abidjan ne veut pas du Polisario aux travaux du Sommet UA-UE




Alassane Ouattara, Président de la Côte d'Ivoire.    Ph. Archives
Alassane Ouattara, Président de la Côte d'Ivoire. Ph. Archives
 Le feuilleton de la participation de la pseudo-RASD au sommet UA-UE prévu les 29 et 30 novembre à Abidjan a connu un nouveau rebondissement avec l’annonce par le Polisario de sa présence à l’événement affirmant avoir reçu une invitation du bureau du président de la Commission de l’Union africaine. Or, et comme le prouve le cas du Festival mondial de la jeunesse et des étudiants, l’invitation est une exclusivité du pays hôte.
Le communiqué du  prétendu «ministère de l’Information» des séparatistes, relayé ensuite par la non moins prétendue agence «  SPS » est, on ne peut plus douteux. D’abord et comme il est de coutume,  c’est exclusivement au pays hôte, dans ce cas la Côte d’Ivoire, que revient le droit d’adresser des invitations et non pas aux services de la commission africaine. Ensuite, c'est à ce pays hôte de délivrer les visas d’entrée sur son territoire aux délégations des pays conviés.
L’exemple du refus de la Russie d’accorder des visas à une délégation de jeunes du Polisario pour participer au Festival mondial de la jeunesse et des étudiants, qui a eu lieu du 14 au 22 octobre à Sotchi, est à ce titre édifiant. Et pourtant, le Front avait été convié par la Fédération mondiale des jeunes démocrates qui avait organisé l’événement mais Moscou en avait décidé autrement.
Par ailleurs à l’occasion de sa réunion du 16 octobre à Addis-Abeba, le Comité exécutif de l’UA menaçant la côte d’Ivoire de délocaliser le sommet au siège de l’organisation à Addis Abeba lui avait donné un délai -expiré le 27 octobre- pour convier tous les membres de l’UA sans exception au sommet UA-UE. Cette question de la présence du Polisario était au menu des entretiens, jeudi 26 octobre à Conakry, entre le président ivoirien Alassane Ouattara et son homologue guinéen Alpha Condé qui exerce pendant quelques mois encore la présidence tournante de la conférence des chefs d’Etat de l’Union africaine. Mais Abidjan ne souhaite pas inviter la «RASD» alors que l’Algérie et l’Afrique du Sud l’exigent.

A.E.K
Mardi 31 Octobre 2017

Lu 1497 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés