Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


Les rendez-vous culturelles dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima


Libé
Mercredi 19 Janvier 2022

Les rendez-vous culturelles dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima
L’Institut français (IF) de Tanger a organisé, vendredi, une rencontre autour de l’ouvrage “Les chroniques du détroit” de l’écrivain marocain Rachid Boufous. A l’instar des romans historiques au rythme palpitant, “Les chroniques du détroit” donne à découvrir un Tanger international, aujourd’hui disparu, indique l’IF dans une présentation de l’ouvrage, notant que le lecteur est emporté dans ce voyage palpitant, où l’on rencontre des citoyens anglais, allemands, français, espagnols, russes et même chinois, tous venus à Tanger pour quelques jours, mais qui y demeurèrent toute leur vie. Au fil des pages, on croise aussi des gens célèbres qui firent la notoriété de Tanger, comme Walter Harris, Caïd Harry Maclean, Caïd Raissouli, Mehdi Mnebhi ou le Chambellan Ba Hmad, note la même source. A Larache, l’Association marocaine des chercheurs en Rihla a organisé samedi, en partenariat avec le service culturel de la commune de Larache et en collaboration avec le Centre culturel de la ville, une conférence scientifique sur le texte de la Rihla “voyage rapide en Suisse”, en présence de l’auteur Ahmed Al Dahrchi. Les interventions à cette occasion ont indiqué que cet ouvrage, qui s’inscrit dans le genre littéraire de la Rihla, retrace les moindres détails et présente des informations sur l’autre, tout en décrivant des impressions hantées par l’obsession de soi face au choc de la modernité. L’écrivain, un intellectuel qui croit en la culture de la différence et de la coexistence, a ainsi entamé des débats sur la religion, la politique, la femme et les valeurs, ont précisé les intervenants. Ils se sont également arrêtés sur les éléments littéraires employés par l’écrivain, qui a rassemblé des textes religieux et populaires, des extraits d’écrivains et de journalistes occidentaux et arabes, ainsi que des paroles de chansons et des textes tirés de films. Par ailleurs, le centre socioculturel de Tétouan, relevant de la Fondation Mohammed VI de promotion des œuvres sociales de l’éducation-formation, a abrité, samedi, la cérémonie de signature du recueil “Taratil atâa” de la poétesse Mariam Kerroudi. Dans son nouveau recueil, qui comprend 24 poèmes en langue arabe, la poétesse aborde des sujets humains profonds, plongeant ainsi dans les questions de la vie et de la société avec son style poétique fluide. Ce recueil a été agrémenté d’une illustration d’un tableau de l’artiste Oumama Kaziz, incarnant la femme rêveuse qui poursuit la recherche de soi, tandis que l’artiste Mohamed Lahjam a conçu la couverture de l’ouvrage.


Lu 640 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Août 2022 - 10:22 Moga Festival de retour à Essaouira