Libération





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les prix des produits alimentaires poursuivent leur trend baissier à l’échelle mondiale

La FAO s’attend à une baisse de la production mondiale de céréales en 2022


Alain Bouithy
Vendredi 9 Septembre 2022

Les prix des produits alimentaires poursuivent leur trend baissier à l’échelle mondiale
Les prix mondiaux des produits alimentaires ont poursuivi leur trend baissier à fin août pour le cinquième mois d’affilée, a annoncé l’Organisation des Nations Unies pours l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Selon l’organisation internationale, le baromètre des prix mondiaux des denrées alimentaires continue de fléchir, reflétant la baisse des cours de la plupart des produits de référence au titre du mois dernier.

L’agence onusienne a toutefois noté que l’Indice FAO des prix des produits alimentaires, qui s’est établi en moyenne à 138,0 points en août, soit une baisse de 1,9% par rapport au mois de juillet, est tout de même resté à un niveau supérieur de 7,9% à sa valeur d’il y a un an.

Dans le détail, les données recueillies par l’organisation montrent que les prix des céréales ont accusé un recul de 1,4% par rapport au mois précédent.
Ce repli s’explique principalement par la «baisse de 5,1% des prix internationaux du blé due à l’amélioration des perspectives de production en Amérique du Nord et en Fédération de Russie, ainsi qu’à la reprise des exportations en partance des ports ukrainiens de la mer Noire», a indiqué la FAO dans son rapport.

Selon le document rendu public récemment, au cours du même mois, les cours du riz sont globalement restés stables, tandis que ceux des céréales secondaires ont légèrement progressé, de 0,2%.

A noter que «le raffermissement des prix mondiaux du maïs dû aux conditions de culture chaudes et sèches dans l’Union européenne et aux États-Unis d’Amérique a été compensé par le fléchissement des prix de l’orge et du sorgho», a précisé la FAO de même source.

Concernant la production de céréales en 2022, l’institution internationale table sur une baisse de 38,9 millions de tonnes de la production mondiale de céréales, correspondant à un recul de 1,4%, par rapport à l’année précédente.

Dans son rapport, il ressort en outre que l’Indice FAO des prix des huiles végétales a reculé de 3,3% par rapport à juillet et s’est établi à un niveau légèrement en dessous de celui d’août 2021.
«La poursuite de la baisse de l’indice s’explique par le recul des prix mondiaux des huiles de palme, de tournesol et de colza, qui a plus que compensé la hausse des cours de l’huile de soja», selon la FAO.

Sous l’effet d’un accroissement des disponibilités exportables en Indonésie, les prix internationaux de l’huile de palme ont reculé pour le cinquième mois consécutif, a fait savoir l’organisation. Tandis que ceux de l’huile de soja ont augmenté modérément sur fond de craintes quant aux répercussions des conditions météorologiques défavorables sur la production aux Etats-Unis d’Amérique, a-t-elle constaté.

En s’établissant en moyenne à 143,5 points en août, soit 3,0 points, l’Indice FAO des prix des produits laitiers a perdu 2,0% au cours du mois dernier. Il n’empêche qu’il affiche encore une valeur supérieure de 23,5 pour cent à celle d’août 2021, a noté l’organisation dans son rapport.

Notons que «les prix mondiaux du fromage ont enregistré leur dixième hausse mensuelle consécutive, tandis que ceux du lait se sont affaiblis dans un contexte d’augmentation de l’offre en provenance de Nouvelle-Zélande, malgré une baisse de la production en Europe occidentale et aux États-Unis d’Amérique», a expliqué la FOA.

Avec une en moyenne de 122,7 points en août, soit 1,8 point, l’Indice FAO des prix de la viande a pour sa part fléchi de 1,5% par rapport à juillet, tout en maintenant en hausse de 8,2% par rapport à sa valeur d’il y a un an.

Dans un contexte de disponibilités exportables abondantes au niveau mondial, les données montrent que «les cours internationaux de la volaille ont baissé en août, tandis que les prix de la viande bovine ont baissé en raison d’une demande intérieure faible dans certains des principaux pays exportateurs». Quant aux cours de la viande porcine, tout porte à croire qu’ils ont progressé au titre du même mois d’août.

En n’atteignant qu’une valeur moyenne de 110,4 points en août, l’Indice FAO des prix du sucre a cédé 2,4 points (2,1%) par rapport au mois de juillet, traduisant ainsi la quatrième baisse mensuelle consécutive de l’indice (lequel avait atteint son niveau le plus bas depuis juillet 2021).

La baisse de l’Indice FAO des prix du sucre s’explique principalement par «l’effet du relèvement du plafond des exportations en Inde et de la baisse des prix de l’éthanol au Brésil», selon la FAO.

Alain Bouithy


Lu 1877 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS