Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les préparatifs de la campagne de vaccination vont bon train

Etablir les listes des personnes à risque, une sacrée gageure




A quelques semaines du lancement de la campagne de vaccination contre la Covid-19, les autorités marocaines enchaînent les réunions. L’objectif étant de trouver un moyen d’identifier les personnes à risque censées être vaccinées lors de la première vague. En effet, en plus des militaires et des fonctionnaires publics dont le personnel de santé, les débuts de la future campagne de vaccination concerneront également les personnes à risque. A savoir, les personnes âgées ou atteintes de maladies chroniques.

C’est justement là que le bât blesse. Les identifier n’est pas une mince affaire, d’autant qu’elles n’adhérent pas toutes à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) ou à l'Assurance maladie obligatoire (AMO), qui peuvent être considérées comme des bases de données fiables. La faute au secteur informel, entre autres. Dès lors, d’autres pistes ont été explorées par les autorités parmi lesquelles le recourt aux listes électorales comme matrice pour la création d’une liste des personnes à risque face au Covid-19. Sauf que voilà, il y a un hic. Les listes électorales ont besoin d’être réactualisées. D’après nos informations, le top départ de cette actualisation a été donné aujourd’hui. Une fois les listes électorales actualisées, les autorités locales devraient rendre visite aux personnes concernées afin de leur remettre un document grâce auquel elles pourront être vaccinées. En attendant, le nouveau coronavirus continue de faire des siennes. Un nouveau record de décès a été enregistré entre jeudi et vendredi. 92 personnes ont succombé aux complications du Sars-Cov2. Le lendemain, le ministère de la Santé a dénombré 74 nouveaux décès, soit un total de 5.256 victimes du Covid-19 depuis mars dernier et l’apparition du premier cas dans le pays. 

Pour ce qui est des nouveaux cas, le Maroc en comptait 4.702 samedi en fin d’après-midi pour un total de 320.926 cas. Le nombre de patients en soins intensifs ou en réanimation a atteint 1.024 patients dont 93 sous intubation invasive. Sans grande surprise, Casablanca est l’une des zones où le virus circule le plus. D’ailleurs, l’Exécutif a décidé de prolonger les restrictions en vigueur pour 4 semaines, à Casablanca et aux provinces limitrophes, quand bien même ces mesures sont inefficaces, à l’instar du couvre-feu instauré de 21 heures à 6 heures et qui est bravé allègrement par les jeunes dans les quartiers populaires. Ou encore, la fermeture des marchés à 15 heures, ce qui n’empêche pas les vendeurs ambulants de s’en créer un quelques mètres plus loin. Sans oublier les autorisations de déplacement qui ne servent à rien puisque les contrôles sont très rares pour ne pas dire inexistants. A l’évidence, le vaccin demeure le meilleur moyen pour le pays de s’en sortir, mais encore faut-il qu’il soit sans risque. Rien n’est moins sûr. En revanche, on peut être certain que les personnes diagnostiquées Covid-19 ont peu de chances de contracter à nouveau le Sars-Cov2 dans les six mois qui suivent la première infection. C’est en substance ce que révèle une étude de l'Université britannique d'Oxford. Présentée récemment en collaboration avec les hôpitaux universitaires d'Oxford, cette étude se base sur des recherches menées auprès de 12.180 soignants employés dans les hôpitaux universitaires d'Oxford, entre avril et novembre 2020. Les résultats démontrent que « cette étude, toujours en cours impliquant une large cohorte de soignants, a montré qu'une infection par la Covid-19 offre une protection contre une réinfection pour la plupart des gens pendant au moins six mois » si l’on en croit le professeur David Eyre du département Nuffield de santé de la population de l'Université d'Oxford. Puis d’ajouter dans le communiqué : « Nous n'avons trouvé aucune nouvelle infection symptomatique chez les participants qui avaient été testés positifs aux anticorps, tandis que 89 de ceux qui avaient été testés négatifs (aux anticorps) ont contracté le virus avec des symptômes ». Autres données importantes, les niveaux d’anticorps diminuent avec le temps « mais cette dernière étude montre qu'il existe une certaine immunité chez ceux qui ont été infectés », conclut l’un des auteurs de l’étude.

C.E

Casablanca, Nouaceur, Mohammedia, Mediouna, Berrechid, Benslimane, Ouezzane et Tiznit sous cloche

Le gouvernement a décidé de prolonger pour quatre semaines les mesures préventives en vigueur au niveau du Grand Casablanca (préfectures de Casablanca et de Mohammedia et provinces de Nouaceur et Mediouna) et des provinces de Berrechid et Benslimane depuis dimanche 22 novembre à 21h00. Dans un communiqué, le gouvernement précise qu'il s’agit de la prorogation de l’ensemble des mesures préventives prévues dans le communiqué du gouvernement en date du 23 octobre 2020, ainsi que de celles adoptées auparavant. Les autorités provinciales de la préfecture d'Ouezzane ont, elles aussi, annoncé l'adoption d'une batterie de nouvelles mesures préventives, depuis samedi à 17h00 et pour les deux prochaines semaines, en vue d’enrayer la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19). Ces mesures resteront en vigueur pour une durée de 15 jours, renouvelable pour une période supplémentaire de deux semaines si la situation pandémique dans la province ne s'améliore pas, avec la possibilité d'adopter des mesures plus restrictives, en fonction de l'évolution de la situation épidémiologique. Idem pour les autorités publiques de Tiznit qui ont annoncé de nouvelles mesures pour renforcer la prévention contre la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19). Ces mesures s'étalent sur une période de 15 jours, selon une décision du gouverneur de la province rendue publique vendredi. Ainsi, il a été décidé l’obligation de disposer d’une autorisation exceptionnelle de déplacement de et vers Tiznit, l’interdiction de la diffusion des matches de football par tous les cafés de la ville, la fermeture des jardins, des places publiques et des espaces de jeux pour enfants et la fermeture des commerces et cafés à partir de 20H00.

Libé
Dimanche 22 Novembre 2020

Lu 247 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 28 Novembre 2020 - 06:03 Rencontre