Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les pantins séparatistes et leurs commanditaires se perdent dans leurs gesticulations

A l'approche de la réunion du Conseil de sécurité




De nouvelles manœuvres des pantins séparatistes au niveau du passage d’El Guerguarat reliant le Maroc à la Mauritanie. En effet, le Polisario, soutenu, voire manipulé, par le régime algérien, entend bloquer durablement le trafic commercial transitant par ce passage frontalier.

« Des sources d’"anbaa.info" ont noté un mouvement sans précédent du Front Polisario à proximité de la frontière nord de la Mauritanie! », a précisé ce site mauritanien, évoquant « un plan que le Polisario cherche à mettre en œuvre au cours des prochains jours, visant à bloquer définitivement le mouvement commercial au passage d'El Guerguarat en imposant un sitin et en installant des tentes devant le passage pour exiger sa fermeture ».

(Ndlr. Libé avait déjà publié un article le 13 du mois courant sous le titre « Le Polisario prépare ses miliciens pour une nouvelle fermeture d'El Guerguarat avant octobre »). Selon Moussaoui Ajlaoui, chercheur et expert à AmesCenter, les séparatistes multiplient les manœuvres « à chaque fois qu’il y a une réunion au sein de l’ONU sur le Sahara ou à l’approche de la réunion du Conseil de sécurité pour débattre de cette question ». « Nous nous sommes habitués à ce genre de gesticulations de la part du Polisario ces dernières années, surtout depuis 2016 », nous a-t-il précisé. Quel est le but de ces manœuvres ?

Selon lui, le Polisario veut être présent dans le rapport du Secrétaire général de l'ONU, qui sera présenté au Conseil de sécurité en octobre prochain. « Les séparatistes veulent attirer l'attention et signifier qu’ils sont toujours là, d'autant plus que pour la communauté internationale et même au sein de l'Union africaine, la question du Sahara n'est plus prioritaire », a expliqué le chercheur marocain. Il convient de rappeler que cette escalade séparatiste fait suite à l’attaque du président algérien Abdelmajid Tebboune contre le Maroc lors de la 75ème Assemblée générale des Nations unies. «L'attaque actuelle contre El Guerguarat par les miliciens du Polisario est une stricte application de l’un des passages du discours du président algérien à l’ONU », a tenu à préciser Moussaoui Ajlaoui qui a préféré qualifier le président Tebboune de « nouveau visage du régime algérien ». Selon lui, «les succès diplomatiques que le Maroc a récemment remportés, notamment dans le dossier libyen, en ont fait une puissance régionale et une force de proposition pour la résolution des conflits. Cela inquiète grandement le nouveau visage du régime algérien ». Moussaoui Ajlaoui a également indiqué que le blocage du passage d’El Guerguarat constitue une violation de l'accord de cessez-le-feu signé en 1991 et qu’un tel acte ne vise pas seulement le Maroc, mais qu'il porte aussi atteinte aux intérêts de la Mauritanie et des pays de l’Ouest de l’Afrique.
« La violation flagrante de cet accord met le nouveau visage du régime algérien face à ses responsabilités morales et politiques ». Aussi, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a-t-il rapidement réagi en mettant en garde samedi le Polisario de ne point obstruer la circulation civile et commerciale régulière dans la zone tampon d'El Guerguarat, a indiqué la MAP.

L’Organisation des Nations unies est «au courant des appels» des séparatistes et de ses repris de justice à de «nouvelles manifestations» visant à obstruer la circulation civile et commerciale", a souligné Farhan Haq, porte-parole adjoint du chef de l’ONU, dans une déclaration à la presse.

« La circulation civile et commerciale régulière ne doit pas être obstruée et aucune mesure ne doit être prise, qui pourrait constituer une altération du statu quo de la zone tampon » d'El Guerguarat, a affirmé le porte-parole. Il a également réitéré l’appel des Nations unies à « la plus grande retenue et à désamorcer toute tension », ajoutant que la MINURSO «surveille la situation» dans la région.

A rappeler que le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avait aussi exigé le 11 janvier dernier, dans une déclaration rendue publique par son porte-parole, le «maintien de la circulation civile et commerciale régulière » à El Guerguarat et appelé à s’abstenir de toute action susceptible d’altérer le statu quo dans cette zone tampon, lorsque le Polisario avait menacé d’entraver le passage du rallye "Africa Eco Race" entre le Maroc et la Mauritanie.

Mourad Tabet

Mourad Tabet
Dimanche 27 Septembre 2020

Lu 498 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.