Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les nouvelles sonorités “Made in Morocco” célébrées en grande pompe à Essaouira




Le rideau a été levé vendredi dernier à l'espace Monde de ''Dar Souiri'' à Essaouira, sur la 4ème édition du ''Festival Jazz sous l'arganier'', avec la programmation de deux spectacles de haute facture, soigneusement conçus pour mettre en avant les nouvelles sonorités du jazz ''Made in Morroco'', tout en célébrant en grande pompe l'Afrique dans toute sa splendeur. Dans une ambiance festive et bon enfant, les férus des sonorités les plus originales et authentiques parmi les Souiris et les hôtes ont été conviés, le temps d'une belle soirée chaleureuse et conviviale, à renouer avec cette musique, universelle et magique. La séance d'ouverture de cette nouvelle édition, de deux jours, a été rehaussée par la présence notamment d’André Azoulay, président-fondateur de l'Association Essaouira-Mogador et conseiller de Sa Majesté le Roi, ainsi que par d'autres personnalités. Sous les ovations du public, un quintet orchestré par le jeune et talentueux guitariste Taha El Himdi, a été invité sur scène, le temps d'envoûter le public, en jouant à la manière des grands maîtres, aux côtés de Khalil Bensouda à la basse, Salim Akki à la batterie, Arman au piano, et Michael Sleem à la trompette, une série de morceaux de son propre répertoire musical 100% marocain. Près d'une heure durant, le public présent et les musiciens sur scène, dans une symbiose inouïe, ont pu honorer le jazz ''made in Morroco'', et célébré la musique en tant que langage universel transcendant, avec aisance, les frontières pour s'adresser à l'humanité tout entière. Par la suite, les festivaliers ont eu droit à un autre spectacle féérique et de haute facture : une aventure au coeur de l'Afro-jazz, signée ''Aly Keita Trio'', le temps de pouvoir apprécier tout un répertoire inédit de la musique Afro-jazz avec, cette fois-ci, Aly Keita, le grand maestro du balafon, Childo Thomas à la basse, et Marcel Van Cleef à la batterie.

Jeudi 3 Janvier 2019

Lu 406 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.