Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les illusions suicidaires d’Alger

C’ est bien l’économie algérienne qui pâtira de plus de la condamnation du gazoduc Maghreb-Europe


Quelques jours après la rupture unilatérale par Alger de ses relations avec le Maroc, le ministre algérien de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a fait le 26 août dernier une déclaration selon laquelle l’approvisionnement en gaz de l’Espagne se ferait désormais uniquement à travers le gazoduc Medgaz, laissant entendre que l’Algérie n’entend pas renouveler le contrat concernant le gazoduc Maghreb-Europa qui traverse le Maroc.

Dans une dépêche publiée samedi 4 septembre par l’agence espagnole EFE, plusieurs experts estiment que «la substitution du gazoduc Maghreb-Europe par Medgaz annoncée par Alger est une décision dictée par des motifs politiques et a pour but de porter atteinte au voisin de l’ouest (à savoir le Maroc), maislesspécialistes mettent en garde contre cette décision qui sera coûteuse non seulement pour le Maroc, mais également pour l’Algérie et l’Espagne ». L’agence a également souligné que Rabat n’a pas réagi officiellement à l’annonce des autorités algériennes, affirmant que «la presse locale du pays a minimisé son impact en considérant que le Maroc ne dépend du gaz pourson approvisionnement en énergie brute qu’à hauteur de 5 %».

Dans une dépêche publiée samedi 4 septembre par l’agence espagnole EFE, plusieurs experts estiment que «la substitution du gazoduc Maghreb-Europe par Medgaz annoncée par Alger est une décision dictée par des motifs politiques et a pour but de porter atteinte au voisin de l’ouest (à savoir le Maroc), maislesspécialistes mettent en garde contre cette décision qui sera coûteuse non seulement pour le Maroc, mais également pour l’Algérie et l’Espagne ». L’agence a également souligné que Rabat n’a pas réagi officiellement à l’annonce des autorités algériennes, affirmant que «la presse locale du pays a minimisé son impact en considérant que le Maroc ne dépend du gaz pourson approvisionnement en énergie brute qu’à hauteur de 5 %».

« Il n’y aura pas de conséquences graves pour le Maroc », a précisé Cherkaoui Roudani, professeur universitaire et expert en études géostratégiques et sécuritaires dans une déclaration à Libé. Et de préciser : «Stratégiquement parlant, c’est l’Algérie qui va perdre. Elle risque de perdre le marché européen où la compétition fait rage avec d’autres concurrents comme la Norvège, les Etats-Unis, le Qatar… Le pipeline MaghrebEurope a une capacité de 12 milliards de m3 par an, alors que celui algérien (Medgaz) a seulement une capacité de 10 milliards de m3 par an. C’est-à-dire que l’Algérie va perdre près de 5 milliards de dollars annuellement ».

Par contre, « vu la baisse du prix du barilsur le marché international, le Maroc va perdre 100 millions d’euro annuellement. Pour le Maroc, cela ne compte guère », a souligné cet expert.

Certes, le Maroc risque d’être confronté à une pénurie de gaz, mais Cherkaoui Roudani estime que «le Royaume peut importer le gaz liquéfié des Etats-Unis, du Qatar, des Emirats Arabes Unis et bien d’autres pays qui le commercialisent à des prix bas».

Dans une déclaration à EFE, l'analyste espagnol Gonzalo Escribano, directeur du programme énergie et climat de l'Institut Royal Elcano (l’un des plus prestigieux think-tank en Espagne), a fait savoir que l'une des solutions dont dispose le Maroc après le 31 octobre si le contrat concernant le gazoduc Maghreb-Europe n'est pas renouvelé, est « d'inverser le sens de ce pipeline au niveau du tronçon qui relie le Maroc à l'Espagne afin que cette dernière fournisse du gaz naturel aux pays du Maghreb à partir d'autres fournisseurs», tout en estimant que «la meilleure solution est que les parties aient un sens de la coopération et que l'Espagne négocie avec l'Algérie une éventuelle fermeture progressive de ce gazoduc le temps de trouver des alternatives et de tester l'efficacité de Medgaz».

Concernant les conséquences pour l’Espagne et les autres pays européens, Cherkaoui Roudani a souligné que l’Espagne, le Portugal ou encore la France «ne vont pas laisser leursécurité énergétique à la merci d’un Etat narcissique comme l’Algérie». Et de préciser : « Si l’Algérie décide de renoncer au gazoduc Maghreb-Europe, les pays européens vont chercher d’autres marchés. Dans ce cas, les conséquences seront négatives pour l’Algérie ».

Selon EFE, l'Algérie et l'Espagne semblent mieux préparées dansle cas du non-renouvellement du contrat du gazoduc MaghrebEurope. Toutefois, les experts semblent sceptiques et estiment que ces deux pays« pourraient être lésés. En subordonnant la livraison de gaz à un seul gazoduc au lieu de deux, l'Algérie limiterait ses options pour faire face aux incidents techniques s'ils surviennent et réduiraitses possibilités de répondre à une augmentation rapide de la demande. Le tout dans un contexte mondial marqué par le changement de politique commerciale de la Russie et des Etats-Unis qui donne la priorité à l'Asie, ainsi que par une éventuelle crise énergétique qui se dessine cet hiver en Europe », a mis en exergue l’agence espagnole.

Mourad Tabet

Libé
Dimanche 5 Septembre 2021

Lu 815 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS