Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les fresques murales du Moussem d’Asilah redonnent vie à la cité des arts



Après de longs et interminables mois de fermeture, consécutive à la pandémie de Covid19, les ruelles de la cité des arts semblent reprendre doucement goût à la vie.

Puisant dans l’âme de la ville et son inusable persévérance créative, la fondation du forum d’Assilah propose cette année un menu à la fois éclectique et accessible, brossant un paysage artistique rehaussé par de sublimes fresques murales.
 Ils sont dix artistes marocains et un plasticien bahreïni qui ont investi les murs blancs de l’ancienne médina. Ils y créent des fresques murales au fil desquelles, des couleurs, formes et symboles éclosent, redonnant à Assilah son charme et mettant en valeur son urbanisme et son essence artistique.


Au micro de la chaîne d’information M24 de la MAP, l’artiste plasticien Hakim Ghilan, indique que la 42 ème édition du Moussem d’Assilah a débuté par la peinture des fresques murales, qui connait la participation de 11 artistes d’écoles et courants divers.


La fondation du forum d’Assilah, organisatrice de l’événement, a laissé aux artistes le libre choix des thématiques, relève-t-il, notant que ‘’les fresques murales reflètent cette inspiration créatrice que la ville d’Assilah exerce sur les plasticiens.


Une liberté qui traverse les couleurs, les formes et les symboles qui meublent les projets des fresques, qui ont le pouvoir d’aimanter habitants et visiteurs estivaux de la ville. 
De Tanger, le plasticien prometteur Mohamed Dabdoubi participe pour la première fois au Moussem culturel d’Assilah. Il a à cœur de saisir l’occasion du retour à la vie après la triste période pandémique, pour apporter sa touche de gaieté aux ruelles de la cité.

L’artiste ne cache pas sa voie et forme le vœu de voir ces manifestations s’organiser dans différentes villes marocaines. 
Taoufiq Chichani, un artiste casablancais expérimenté, estime, lui, que peindre des fresques murales à Assilah a un goût particulier, car la population est habituée à l’art plastique, figuratif soit-il ou abstrait, grâce aux efforts de la fondation du Forum d’Assilah.


L’artiste, qui a à son actif des fresques murales à Casablanca, Rabat, Agadir, khouribga et à l’étranger, travaille sur une fresque à arrière-plan sombre qu’il meuble de lignes, de signes et de chiffres de couleur blanche, reflétant des visages aux expressions différentes.
 Cette thématique du visage, on la retrouve également sur la fresque de la jeune artiste Jihane Lamas, qui a choisi de dessiner aux couleurs de la vie et de l’espoir, à différents degrés du vert.


Lamiae Baloul, l’artiste plasticienne casablancaise, est aux anges, et elle le fait savoir. Elle participe pour la première fois à cette manifestation. ‘’Les fresques ont ressuscité la joie de la rencontre entre artistes et redonné vie à la cité des arts, grâce à cette avalanche de couleurs et de formes’’.


Sa fresque, pour laquelle elle a fait appel à un essaim de volontaires, respire la vie. En dessinant une ville grouillant d’activités, elle semble lancer une invitation-vœu à se laisser embaumer par la douceur de l’art.


La plasticienne Saoussan Melehi travaille, elle, sur le recyclage du papier et de la laine. Elle utilise la technique de l’assemblage pour créer deux fresques murales faisant la part belle au jaune au cramoisi.


Les fresques murales d’Assilah, c’est aussi une école artistique ouverte en plein air, à laquelle participent des enfants de la ville pour donner un coup de main aux artistes. Un moyen, selon la fondation du forum d’Assilah, de semer les germes de l’art dans l’esprit des jeunes et les mettre sur le chemin du goût raffiné et de la beauté. Le mur de l’école Sidi Mohamed Ali Marzouk leur a ainsi été consacré pour créer une série de fresques reflétant leur propre vision de la cité des arts.

A Assilah, l’art est partout. Outre les fresques murales, un vernissage de l’exposition ‘’jeunes d’Assilah’’ des artistes plasticiens et photographes vient d’avoir lieu à la maison de la culture.
Par ailleurs, des ateliers en art plastique et sculpture, encadrés par des artistes marocains et bahreïnis, et un autre dédié aux enfants débuteront en fin de semaine.

Par Hicham Moussaoui

Vendredi 2 Juillet 2021

Lu 1131 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS