Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les évêques en poste plaident pour la liberté de conscience au Maroc

Ils espèrent que la visite du pape François permettra des avancées dans ce domaine




Une vue de la conférence de presse ds évèques du Maroc .
Une vue de la conférence de presse ds évèques du Maroc .
Les évêques du Maroc ont plaidé mardi pour «la liberté de conscience» et «le respect du droit des migrants» au Maroc, espérant que la visite du pape François, les 30 et 31 mars, permettrait des avancées dans ces domaines.
Invité par Amir Al Mouminine, S.M le Roi Mohammed VI, le souverain pontife doit notamment rencontrer des migrants et prononcer un discours sur le dialogue interreligieux.
«Nous sommes en tant que chrétiens, catholiques, très reconnaissants de jouir d'une liberté de culte pleine mais nous serions contents si le peuple marocain pouvait jouir de toutes les libertés dont la liberté de conscience», a déclaré l'évêque de Rabat, Mgr Cristobal Lopez Romero, lors d'un point de presse à Casablanca dédié à ce déplacement.
Cette question «dépend des conversations entre le Royaume et le Vatican, mais cela dépend aussi de l'ouverture de la société marocaine», a-t-il souligné.
«Ma plus grande préoccupation (...), c'est le respect des droits des migrants: nous perdons parfois espoir et j'espère que la visite du pape apportera du progrès sur cette question», a pour sa part insisté l'évêque de Tanger, Santiago Angelo Martinez.
«Ça concerne tout le monde, y compris le Maroc: les migrants n'ont de défense juridique de leurs droits» alors que «ce sont des personnes, pas des animaux», a-t-il souligné avec force.
«Les refoulements de l'été dernier se sont faits avec beaucoup de violences, dans les cités, dans les forêts et ce n'est pas tolérable», a-t-il dit, faisant référence à la politique dite de «réinstallation» des autorités marocaines qui déplacent régulièrement les migrants vers le sud du pays pour les éloigner du rivage méditerranéen.
La communauté chrétienne du Maroc est estimée entre 30.000 et 35.000 fidèles, dont plus de la moitié ont quitté le sud du Sahara pour le Maroc afin d'y travailler, étudier ou de tenter de gagner le continent européen, selon des données publiées mardi.
Au terme de la Constitution marocaine, l'«islam est la religion de l'Etat, qui garantit à tous le libre exercice des cultes». Les minorités religieuses du pays --chrétiens, juifs, bahaïs et chiites-- représentent moins de 1% de la population, majoritairement musulmane sunnite de rite malékite.
L'évêque de Rabat a rappelé mardi que la Constitution du Maroc évoque son «affluent hébraïque» mais ne mentionne pas les chrétiens, «présents dès le 1er siècle».
«Je voudrais que (...) nous, les chrétiens, puissions devenir Marocains sans changer notre religion: nous voudrions renouer avec cette tradition», a-t-il dit.
En conclusion, l'évêque de Rabat a invité «tout le peuple marocain» à la visite papale, «occasion unique» de montrer «que nous valorisons plus ce qui nous unit que ce qui nous divise».

L’Eglise catholique au Maroc

L'Eglise catholique au Maroc désigne l'organisme institutionnel et sa communauté locale ayant pour religion le catholicisme au Maroc.
L'Eglise du Maroc comporte deux archidiocèses qui ne sont pas soumises à une juridiction nationale au sein d'une église nationale mais sont soumises à la juridiction universelle du pape, évêque de Rome, au sein de l'« Eglise universelle ».
Les deux archidiocèses, dont les sièges sont à Tanger et à Rabat, rassemblent toutes les paroisses du Maroc.
En étroite communion avec le Saint-Siège, les évêques des diocèses au Maroc sont membres de la Conférence épiscopale régionale d'Afrique du Nord, qui réunit les épiscopats du Maroc, de l'Algérie, de la Tunisie et de la Libye.

Sur les traces de Jean-Paul II

La prochaine visite du pape François est la seconde du genre effectuée par un Souverain pontife au Maroc.
Le pape Jean-Paul II s’y était, en effet, rendu en août 1985 sur invitation de Feu S.M Hassan II. La rencontre avec près de 80.000 jeunes Marocains au stade Mohammed V de Casablanca avait été l’un des moments forts de ce voyage apostolique.

Jeudi 7 Mars 2019

Lu 944 fois


1.Posté par Jamal le 07/03/2019 20:14
Le Maroc est un pays tolérant et dés lors vous voyez émergez des revendications identitaires à pas feutré. Je pense que le Maroc doit garder uniquement son identité musulmane et juif tout en naturellement laissant une place aux autres minorités religieuses afin qu'elles puissent exercer leur culte mais je m'oppose à ceux que ces dernières puissent acquérir la nationalité marocaine car ca sera inévitablement source de conflit et de tensions à l'avenir dans le sens ou si ils parvenaient à devenir marocain , ils exigeraient par la suite que leur culte soit mis sur le même pied d'égalité que l'islam dans le royaume. Et il est fort à parier qu'ils ne reconnaitront pas le roi comme commandeur des croyants mais plutôt le saint siège. Mais il y a un autre problème majeur dont les autorités ont pris conscience. La majorité des chrétiens au Maroc n'est pas catholique mais évangéliste de tradition nord américaine et quiconque s'est un peu renseigné sait que ce courant religieux du christianisme est connu pour être très actif dans le prosélytisme religieux. Ce n'est pas un hasard si ce courant est largement dominant parmi les chrétiens au Maroc. De nombreux évangélistes encouragés par des organisations nord américaines ont de nombreuses fois essayé de convertir des marocains musulmans à ce courant du christianisme alors qu'ils connaissent parfaitement la loi en vigueur sur le prosélytisme. Ils ne se contentent pas de vivre leur religion en paix , ils veulent convertir les marocains musulmans car ils appliquent à la lettre un commandement de leur religion " Tu iras prêcher la bonne parole". Ces personnes ne respectent pas l'attachement des musulmans à leur religion et choisissent délibérément de faire passer leur conviction religieuse au dessus de la loi marocaine et c'est bien là le problème.Nous ne rencontrons d'ailleurs pas ce genre de problème avec les autres minorités religieuses. ( juif, chiites, etc) Qu'à deviendra t'il si par hypothèse des évangélistes devenaient marocains? Que pensez vous qu'ils feront de la loi sur le prosélytisme? Vous imaginez bien les très vives tensions qui en découleraient dans la société marocaine. Et je ne parle même pas de leur positions officiels sur le conflit au moyen orient ou pour des raisons religieuses , ils sont pour un grand Israel et pour que Jérusalem soit la capital d'Israel, ils sont aussi pour ces mêmes raisons religieuses opposés à la création d'un état palestinien. Si il faut laisser une place à ces minorités religieuse, il faut aussi assurer la cohésion de la société marocaine. La tolérance oui si on est ferme dans ses principes sinon on se fait " bouffer" par l'autre et c'est valable pour n'importe quel pays.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com