Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les européennes refont l’Europe : Les écolos percent, les populistes s’installent et les partis traditionnels régressent

Quel impact sur les relations Maroc-UE ?




Une profonde recomposition politique est à l’œuvre au niveau de l’UE. Les résultats des élections européennes du 26 mai le confirment avec force : régression des partis traditionnels, poussée des partis populistes et percée des écologistes. En détail, le bloc de centre droite, constitué du Parti populaire européen (PPE) et des sociaux-démocrates ont perdu leur majorité pour la première fois depuis 1979 alors que les écologistes ont réussi à obtenir quelque 70 sièges.
 Concernant le groupe nationaliste Europe des Nations et des Libertés, qui regroupe le Rassemblement national ou encore la Liste de Matteo Salvini, ils ont remporté 57 sièges contre 36 lors de la dernière élection.  
Les europhobes et les populistes de l'Europe de la Liberté et de la démocratie directe (EFDD), qui intègre notamment les membres du mouvement italien 5 étoiles et les partisans du Britannique Nigel Farage, chef du parti du Brexit, ont progressé de 42 à 56 élus.
Ces résultats étaient-ils attendus ? « Oui et non », nous a répondu Mehdi Gaudi, délégué général de l’Alliance marocaine des collectivités territoriales pour le climat. Et d’expliquer : « C’était prévisible dans le cas, par exemple du score du Front national, qui arrive en tête en France, dans un contexte de poussée populiste d’extrême droite dans toute l’Europe. Mais, en réalité, dans cette poussée, à part dans quelques pays comme la Hongrie où le parti populiste est déjà aux commandes, a été stoppée et la vague d’extrême droite n’est pas arrivée à percer.  Aujourd’hui, il faut parler plutôt d’une poussée incontestable des Verts ».
Dans le cas de la France, notre source estime que le score du FN se tasse et qu’il fait moins de voix qu’en 2014 tout en précisant que la République en marche résiste. Selon lui, ces résultats servent comme indice pour les élections municipales qui auront lieu l’année prochaine.  « La vraie leçon à tirer de ce scrutin,  c’est l’effondrement du PS et des Républicains.  Sur les 36.000 communes, c’est une majorité d’écologistes et de la République en marche qui se dégage. La deuxième leçon à tirer, c’est que les idées écologistes sont aujourd’hui de plus en plus importantes. Le hic, c’est que le parti vert français est un appareil politique qui n’est pas bien construit pour porter les aspirations et les attentes à l’inverse des partis verts allemands qui sont plus structurés.
Ces résultats sont-ils le signe d’un chamboulement du paysage politique européen ou sont-ils plutôt liés à un contexte particulier ? « Il y a forcément un contexte plus général, à savoir celui d’un cycle long qui a commencé après la Seconde Guerre mondiale et qui a été marqué par le développement de la social-démocratie. Ce courant est aujourd’hui en panne et le PS français est l’incarnation de tout ça. Le PS espagnol résiste comme d’autres partis mais en réalité la social-démocratie reste incapable aujourd’hui de penser la mondialisation. La droite est également en crise. Il y a l’émergence de nouveaux paradigmes comme l’écologie et la recomposition du paysage politique », nous a affirmé Mehdi Gaudi. Et d’ajouter : « Nous sommes entrés dans un nouveau cycle où la proximité, les frontières et  l’identité sont centrales ».
Ces élections auraient-elles des conséquences sur le Maroc ? « Ça aura des incidences à la fois bonnes et mauvaises. Mauvaises quand il s’agit des grandes questions soumises au vote comme l’accord de pêche ou celui de l’agriculture. Le PPS et le PSU sont arrivés par le passé à adopter des positions favorables au Maroc. Aujourd’hui, ces deux partis ont perdu 80 sièges et, du coup, ils ont perdu la fameuse majorité avec laquelle ils gouvernaient dans un Parlement basé sur le consensus. Cela a ouvert le jeu pour la future commission où l’on va assister à des majorités variables selon les groupes ». Et de conclure : « Ce changement de majorité et l’arrivée des verts, nous poussent aujourd’hui à faire une lecture de ce qui passe afin de nourrir la réflexion sur notre modèle de développement et sur la demande de protection scandée par les Européens. Il y a un monde qui change mais il faut être mieux outillé pour trouver notre place ».

Mounir Satouri élu député européen sur la liste Europe Ecologie

Les européennes refont l’Europe :  Les écolos percent, les populistes s’installent et les partis traditionnels régressent
Mounir Satouri a été élu, dimanche, aux élections européennes, député européen sur la liste Europe Ecologie, après que les écologistes d'Europe Ecologie-Les Verts sont arrivés troisièmes au scrutin selon les instituts.
Mounir Satouri, pur produit de la Chabiba ittihadia et de l’USFP, a dû quitter le Maroc après son arrestation et son jugement suite à des manifestations estudiantines et l’oppression qui  s’en est suivie.
En 2012, suite à la démission de Cécile Duflot, conséquence de sa nomination au poste de ministre de l'Egalité territoriale et du Logement, il a été élu président du groupe Europe Ecologie-Les Verts au Conseil régional d'Ile-de-France. Elu des Yvelines, conseiller municipal aux Mureaux depuis 2008 et directeur du Centre social de Chanteloup-Les-Vignes, Mounir Satouri,  âgé de 37 ans, a eu un parcours atypique. Il est né à Casablanca, dans le quartier populaire de Derb Ghalaf. Il quitte son pays à 15 ans. Depuis 1991, il vit en Ile-de-France. Etudiant à l'Université de Cergy-Pontoise dans le Val-d'Oise, il a milité au sein du syndicat UNEF-ID de 1995 à 1998. Au Conseil régional, il fait partie de la commission jeunesse, citoyenneté et vie associative ainsi que de la commission politique de la ville.

Hassan Bentaleb
Mardi 28 Mai 2019

Lu 925 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com