Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les enseignants contractuels menacent de faire l’école buissonnière

Le contact avec le ministère de tutelle désespérément en panne




Où en est le dossier des enseignants contractuels après plusieurs mois de mobilisation, de sit-in, de manifestations et de marches ? «Rien ne semble bouger depuis le sit-in observé le long de la nuit du 29 août dernier et la marche organisée au départ de Bab El Had vers le ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Et rien n’indique que la situation va évoluer», nous a confié un enseignant contractuel sous le sceau de l’anonymat. Et d’ajouter : «La transformation de notre statut en celui de fonctionnaires des Académies régionales d'éducation et de formation n’a pas pour autant amélioré notre situation. Nous sommes encore et toujours considérés comme de simples contractuels», selon notre interlocuteur.
Pourtant, ces enseignants ne comptent pas baisser les bras.  «Il y a des rumeurs qui circulent sur une éventuelle campagne de boycott menée par l’ensemble des contractuels mais rien n’est sûr et aucune décision n’a été prise dans ce sens. En fait, lancer une telle campagne sera lourd de conséquences. Imaginez 55.000 contractuels boudant les salles de classe, ce sera un vrai désastre».
Du côté du ministère de tutelle, rien n’augure d’une annulation de la contractualisation ni de l’intégration de ces enseignants dans la fonction publique. Pour Saïd Amzazi, ministre de l'Education nationale, c’est la surpopulation des classes, entre autres, qui dérange et qui constitue une priorité.
En fait, le département de tutelle compte recruter de nouveaux contractuels pour faire face au sureffectif des classes et il y aura de nouveaux concours de recrutement des enseignants contractuels à partir de la fin du mois courant.  Le ministre compte embaucher 15.000 personnes. Selon ce dernier, il y a un déficit important au niveau des ressources humaines concernant notamment le corps  enseignant dont 13.000 membres vont quitter le secteur au cours de cette année après avoir atteint l’âge légal de la retraite ou bénéficié de la retraite anticipée.
Une situation qui est appelée à perdurer puisque le projet de loi de Finances 2019 prévoit 15.000 postes budgétaires alors que le déficit s’élève à 24.000 enseignants.   Une carence que même les deux opérations de recrutement lancées au cours des deux dernières années ne sont pas parvenues à combler. En fait, 35.000 contractuels ont été recrutés en 2016 et 20.000 en 2017 sans parler du  lancement de la licence professionnelle d’enseignement destinée à former 200.000 cadres dans 10 ans.
En attendant qu’une issue soit trouvée à ce gap, c’est aux enseignants titulaires et  contractuels de subir les affres des sureffectifs des classes. Notre source en sait quelque chose : «Dans ma propre classe,  il y a 47  élèves de différents niveaux et je me considère comme chanceux par rapport à d’autres collègues qui ont affaire à plus de 55 élèves.  Ces derniers ne bénéficient malheureusement pas du temps nécessaire pour leur expliquer la matière enseignée. Un élève a besoin, à titre d’exemple, de 45 minutes pour l’enseignement du math mais nous sommes obligés de diviser ces 45 minutes par deux». Et de conclure : «Dans ces conditions, nous ne sommes jamais parvenus à finir le programme du ministère faute de temps et de moyens. Notre délégation a, à maintes reprises, contacté l’Académie afin de la pourvoir en enseignants pour renforcer l’effectif existant sur place, mais rien n’a été fait et la situation demeure inchangée».

Hassan Bentaleb
Mardi 2 Octobre 2018

Lu 673 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés