Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les énergies renouvelables, meilleures opportunités pour l’Afrique de réaliser les Objectifs de développement durable


Libé
Vendredi 1 Septembre 2023

Les énergies renouvelables, meilleures opportunités pour l’Afrique de réaliser les Objectifs de développement durable
L’Afrique doit investir davantage dans le développement des énergies renouvelables, avec le soutien du secteur privé et des institutions financières internationales, en raison des opportunités offertes pour la réalisation des Objectifs de développement durable, ont souligné récemment des experts réunis à Abidjan.

Le continent devrait aussi contrôler, exploiter et transformer sur place ses énormes ressources minérales afin de générer les ressources financières nécessaires à son développement, ont soutenu des experts d’une dizaine de pays africains lors d’un atelier organisé, les 23 et 24 août courant, par la Banque africaine de développement, sous le thème «Modélisation financière pour le secteur extractif (FIMES)».

S’exprimant lors d’un panel sur la «modélisation financière pour une transition énergétique juste pour certains minéraux critiques dans les pays en transition », le directeur des politiques et de la recherche au ministère des Mines et des Ressources minérales de Sierra Leone, John David Cooper, a déclaré : « Les énergies renouvelables nous donnent des opportunités pour réaliser les Objectifs de développement durable. Nous avons aussi besoin d’être des acteurs majeurs dans le domaine de l’énergie».

Les participants notent que l’Afrique a réalisé des progrès considérables en matière de transition énergétique malgré les défis, rapporte la Banque africaine dans un communiqué. En pointant l’ampleur des objectifs qui restent à atteindre, Silas Olang, conseiller en transition énergétique pour l’Afrique à l’Institut de gouvernance des ressources naturelles à Accra, au Ghana, a relevé qu’on ne compte aucun pays africain parmi les 30 premiers au monde en matière de transition énergétique. Toutefois, des pays comme le Nigeria, le Ghana, l’Ethiopie, le Kenya ou l’Afrique du Sud mettent en œuvre des politiques hardies de développement des renouvelables.

Les énergies renouvelables peuvent fournir de l’électricité aux 600 millions d’Africains qui en sont actuellement privés, créer des emplois et stimuler l’industrialisation. « Chaque dollar investi dans les énergies renouvelables, va rapporter 0,93 dollar supplémentaire » et le déploiement des énergies renouvelables va entraîner progressivement des coûts moins élevés, à la différence des énergies fossiles, assure M. Cooper.

Parmi les atouts dont dispose l’Afrique en la matière figurent, outre le solaire, l’éolien, la biomasse, l’hydroélectricité, et des minéraux comme le lithium, le graphite ou le cobalt qui peuvent être utilisés dans les technologies d'énergie renouvelable – production de panneaux solaires, de batteries pour véhicules électriques, etc.

La nécessité pour le continent de mieux profiter de ses immenses ressources minières pour son développement durable s’est imposée dans les échanges.

Directeur général de l’économie au ministère de l’Economie et des Finances du Niger, Dogari Bassirou, a déclaré que l’uranium du Niger est exploité par la France et son pétrole par la Chine. Il a dit que cela engendre des pertes financières énormes pour les gouvernements africains qui doivent le plus souvent, se contenter des déclarations d’industriels miniers étrangers sur la teneur des minerais.

M. Cooper a indiqué que les minerais ne sont pas traités en Afrique mais dans les pays européens et la Chine. « 80% du cobalt africain est raffiné en Chine. Si nous pouvions raffiner les minerais en Afrique, nous pourrions les vendre à un taux plus élevé car les exportations brutes limitent nos gains financiers. Nous perdons énormément dans le système actuel », a déclaré M. Cooper.

Boubacar Lounceny Camara, représentant de la Guinée, a dit que les pays africains ont besoin d’aide pour mieux maîtriser les processus de fixation des coûts et de détermination des impuretés dans les minerais.  «On dit par exemple que la teneur est de 45%, comment vérifier et déterminer cela ?», s’est-il interrogé ?

Il a appelé la Banque africaine de développement à soutenir les pays africains afin de construire des usines pour le traitement des minerais avant exportation.

 « Le prix de l’or brut est déterminé en fonction de l’or raffiné. Or, ce sont les entreprises qui nous donnent la quantité d’or raffiné. Cela entraîne d’énormes pertes. Les métaux sortis de nos pays contiennent d’autres ressources minérales », a-t-il souligné.

M. Camara a souligné que la Guinée a pu définir un prix de référence de la bauxite avec l’appui de ses partenaires internationaux et est prête à partager son expérience avec d’autres pays africains.

Dogari Bassirou a déclaré que pour booster le développement des énergies renouvelables, chaque pays africain doit avoir une vision claire et élaborer des lois distinctes de celles appliquées sur les énergies fossiles.

Quant au financement du secteur, il a indiqué que les gouvernements doivent créer un environnement politique stable, adopter des lois attractives pour le secteur privé, mettre en place un système budgétaire transparent et lutter contre la corruption. Il a également indiqué que le secteur privé, avec sa puissance financière et son expertise, peut jouer un rôle crucial tout comme les institutions financières internationales. Celles-ci doivent aider les pays à mettre en place des projets régionaux, et servir de catalyseur dans la mobilisation d’investissements additionnels, a-t-il insisté.

Yannick Bouterige, assistant de recherche à la Fondation pour les études et recherches sur le développement (FERDI), a expliqué comment la Banque africaine de développement, à travers son Projet de modélisation financière du secteur extractif, assiste des pays africains à mobiliser davantage de recettes fiscales, à renforcer leurs capacités institutionnelles et leur résilience.

La Guinée, le Mali, le Liberia, Madagascar, le Niger, la Sierra Leone, le Soudan du Sud et le Zimbabwe sont les bénéficiaires de ce programme lancé en 2020, pour deux ans.

Innocent Onah, chargé en chef des ressources naturelles au Centre africain de gestion des ressources naturelles et d’investissement à la Banque africaine de développement, a déclaré que dans le financement des énergies renouvelables, la Banque dispose de plusieurs instruments de financement, des projets d’investissements et des départements dédiés au secteur qui profitent à l’ensemble des pays africains.

« Le nouveau Guichet d'action climatique de la Banque, doté d'environ 429 millions de dollars, pourrait offrir une excellente occasion de financer des projets à faible émission de carbone à partir de ressources naturelles renouvelables en Afrique », a déclaré M. Onah.


Lu 529 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP











Flux RSS
p