Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les élections ne vont pas régler le problème d’un régime algérien en manque cruel de légitimité


Intervenant au terme de deux années de contestations populaires ouvertes, les élections législatives en Algérie ne suffiront pas à régler la profonde impasse politique d’un régime en manque cruel de légitimité,souligne le centre de réflexion américainAtlantic Council. Dans une analyse signée Andrew Ferrand, spécialiste de l’Algérie et auteur du livre "Le rêve algérien", à paraître cet été, le think tank basé à Washington souligne que le scrutin de samedi «n’est que l’ultime tentative de l’administration du président Abdelmadjid Tebboune de revendiquer une légitimité qui lui manque cruellement". 

Selon lui, si l’élection de Tebboune en décembre 2019 et le référendum constitutionnel de novembre dernier ont semblé aboutir aux résultats escomptés par lui et ses soutiens au sein des puissantes forces de sécurité du pays, il n’en reste pas moins vrai que des niveaux élevés d'abstention et de protestation ont cependant «révélé l’énorme fossé séparant les Algériens de leurs dirigeants». En effet, dans ce pays de 43 millions d’habitants, moins d'un électeur éligible sur sept a voté pour la Constitution, qui a pourtant été adoptée. Et de noter que les dirigeants algériens ont depuis longtemps tenté de minimiser cette fracture, mais elle est devenue indéniable en 2019 lorsque le mouvement de protestation Hirak a éclaté, mettant fin aux vingt ans de règne du prédécesseur de Tebboune, Abdelaziz Bouteflika. “Les manifestations de masse, déclenchées par le choix de Bouteflika de briguer un cinquième mandat présidentiel mais alimentées par des années de cumul de frustration et d'indignité, ont également plongé le pays dans une impasse politique”, rappelle Andrew Farrand.

Depuis deux ans, la vieille garde du régime fait face à des manifestants issus d'une population beaucoup plus jeune, avide d'opportunités et moinstolérante à l'isolement de longue date de l'Algérie, fait observer le prestigieux centre de recherche. L’auteur de l’article relève également que sous prétexte de la nouvelle Constitution, Tebboune a dissous en février dernier l'Assemblée nationale populaire (APN), la Chambre basse du Parlement algérien, mettant fin aux mandats ordinaires de cinq ans des députés un an plus tôt. "Cette décision correspondait à la campagne de pseudoréformes des autorités visant à apaiser les citoyens mécontents et à saper les appels à un changement plus fondamental", explique-t-il.

Or, fait remarquer l’analyste américain, cette ruée vers les élections se heurte à la vision d'un renouveau politique radical que le mouvement du Hirak prône depuis ses débuts. Il en va de même de la nouvelle Constitution, qui laisse intact le déséquilibre de longue date des pouvoirs entre l’exécutif et le législatif algériens.

Pour ces raisons, de nombreux militants du Hirak ont annoncé leur intention de boycotter le scrutin et de continuer à manifester. Et d’ajouter que le chômage reste endémique en Algérie, les revenus pétroliers se sont effondrés, les fonds de réserve ont diminué et beaucoup sont frustrés par la gestion de la pandémie par le gouvernement, notamment le retard dans le déploiement des vaccins par rapport aux voisins du pays.

Au milieu de ces défis, les acteurs politiques traditionnels de l'Algérie ont eu du mal à inspirer les électeurs, déplore l’auteur, notant que les Algériens qui croient encore en l'intégrité des résultats des élections peuvent chercher à juger ce scrutin selon deux critères clés : la participation et les bulletins de vote nuls.

Et de rappeler à cet égard qu’au cours des dernières décennies, les résultats officiels des élections législatives ont montré une chute générale de la participation et une augmentation constante du taux de bulletins nuls, une forme courante de vote de protestation en Algérie. Si beaucoup d'Algériens accordent peu de valeur à ces statistiques officielles, ces chiffres restent pourtant d'une importance capitale pour le président Tebboune et d'autres membres de la classe dirigeante algérienne, explique l’auteur de l’article, précisant que leurs efforts pour encourager la participation au scrutin ne sont qu'une étape dans une quête plus large de légitimité.

La légitimité tirée de la lutte pour l’indépendance a longtemps servi d’alibi pour les erreurs des dirigeants algériens. Et maintenant, leur départ laisse ceux qui les suivent face à une question cruciale : “Que pouvons-nous offrir aux Algériens aujourd'hui pour mériter leur loyauté ?Bien que cruciale pour les perspectives à long terme du pays, c'est une question qui ne trouvera pas de réponse lors des élections de cette semaine", conclut l’auteur

Un scrutin législatif sur fond de répression et de boycott

Les élections législatives, organisées samedi en Algérie, interviennent dans un contexte de répression croissante et de boycott d'une grande partie de la classe politique, alors que plus de 220 détenus d’opinion croupissent en prison.

Après avoir enregistré un boycott majoritaire de l'élection présidentielle en 2019 et une abstention écrasante au référendum constitutionnel le 1er novembre 2020, ces législatives seront, selon plusieurs observateurs, "inévitablement un énième échec des rendez-vous électoraux vains". Le régime, qui s'est fixé depuis deux ans de redorer son blason à l'extérieur et surtout tenter de gagner la confiance du peuple a recueilli un constat accablant avec un objectif complètement manqué qui n'a cessé de répondre par une répression massive intolérable aux revendications légitimes d'un mouvement populaire pacifique, soulignentils.

D’après l’ancien doyen de la Faculté de droit d’Alger, Madjid Benchikh, l’illégitimité du pouvoir politique en Algérie, installé par le Commandement militaire depuis 1962, n’a pas cessé de se détériorer. Pour ce spécialiste, les élections en Algérie servent plus à ajuster les avantages des clientèles et les rapports de force au sein du système qu’à créer des institutions capables de répondre aux aspirations des citoyens.

Il a souligné que ces "élections n’ont jamais servi à poser et encore moins à contribuer à régler les problèmes des populations", soutenant que comme chaque fois qu’ils veulent donner un vernis démocratique au "système politique autoritaire" qu’ils cherchent à conforter ou à sauvegarder, les dirigeants algériens appellent à des élections dont ils promettent, à longueur de discours, qu’elles seront "libres et honnêtes".

Selon lui, le soulèvement du peuple algérien à partir de février 2019 a mis à nu ce système en montrant que derrière les discours et les Constitutions d’apparences démocratiques, il y a des institutions contrôlées par le pouvoir.

Alors que les dirigeants du système persistent dans le déni de la réalité et présentent même la répression et les arrestations arbitraires comme une défense des libertés et de la stabilité du pays, le peuple ne cesse de montrer qu’il sait ce que doivent être les élections libres et honnêtes, a-t-il commenté.

Dans ce système, intronisé en 1962 et consolidé depuis, le pouvoir est détenu et contrôlé par un Commandement militaire qui, "depuis 1963, a choisi tous les chefs de l’Etat sans aucune exception et les a fait élire au premier tour de l’élection présidentielle", détaille-t-il. Il a ajouté que ce système affiche un multipartisme contrôlé, qui peut faire illusion et peut même permettre l’existence de quelques partis et associations dotés d’une relative autonomie qui, au milieu de nombreuses difficultés, dans des périmètres limités et définis, peuvent énoncer des critiques contre les gouvernants.

Pour sa part, le Front des Forces socialistes (FFS), qui boycotte cette échéance, les élections ne constituent pas la solution à la crise multidimensionnelle que vit le pays. Dans ce sens, il a interpellé à nouveau le pouvoir pour "prendre les mesures permettant au peuple algérien le libre exercice de "son droit à l’autodétermination". Il cite le "respect des libertés fondamentales", "l’accès équitable aux médias à tous les acteurs politiques et sociaux", "l’ouverture d’un dialogue sans exclusive pour convenir d’un "programme politique, économique et social consensuel, avec un calendrier et un contrôle d’exécution, répondant aux revendications populaires".

Libé
Dimanche 13 Juin 2021

Lu 461 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS