Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les efforts déployés par les Ittihadi(e)s ont porté leurs fruits

Vers une nouvelle alternance telle que voulue par l’USFP


Le PJD balayé par les électeurs

Les efforts déployés par les Ittihadi(e)s ont porté leurs fruits
Sans surprise et comme l’avait prédit son Premier secrétaire, l’USFP a remporté 35 sièges à la première Chambre, soit une progression de 15 sièges par rapport au nombre de sièges obtenus lors des élections de 2016.

En effet, Driss Lachguar s’était montré raisonnablement optimiste quant aux résultats des scrutins du 8 septembre. Il avait même prédit une des trois premières places à l’issue du scrutin. On n’en est pas loin. Les raisons d’une telle confiance étaient d’ordre organisationnel, sociologique et idéologique.

Sur le plan organisationnel, le leader ittihadi a mis l’accent sur le dynamisme que l’USFP connaît à tous les niveaux national, régional et local. En effet, durant les cinq dernières années, les militantes et militants USFP ont fourni des efforts colossaux pour s’ouvrir sur les forces vives du pays, intégrer des jeunes, des cadres, des hommes et des femmes porteurs des mêmes valeurs que celles du parti sans parler des efforts fournis sur le plan de la couverture des candidatures. Les dernières échéances ont été marquées, effectivement, par un taux de couverture des candidats qui a atteint 100% quant aux listes locales (92 circonscriptions électorales), plus de 95% concernant les listes régionales, 100% concernant les élections communales et plus de 50% concernant le système individuel (circonscriptions individuelles).  En détail, l’USFP a présenté 91 listes, avec 303 candidats au titre des circonscriptions locales et 12 listes avec un total de 90 candidats au niveau régional.

S’agissant des élections des conseils régionaux, le parti a présenté 668 candidatures, soit 6,75% de l’ensemble des candidatures au niveau national, alors qu’au niveau des élections des conseils communaux et d’arrondissements, l’USFP a présenté 12.945 candidatures, soit 8,22%.

Il faut souligner également le ralliement de nombreux anciens militants du fait du processus de réconciliation entamé depuis le 60ème anniversaire du parti et l’arrivée de plusieurs adhérents du fait de la politique d’ouverture suivie par la direction du parti.

Au niveau idéologique, le Premier secrétaire a indiqué qu’un nombre grandissant de citoyens adhèrent au socle idéologique de l’USFP et comprennent l’importance de la solidarité sociale, de l’Etat de droit, de l’Etat acteur et non seulement observateur. A ce propos, il a précisé que le programme électoral a été fondé sur une étude sociologique savante et profonde et que l’USFP, à titre d’exemple, était le seul parti à se pencher sur l’orientation de l’économie verte et  a été un véritable précurseur quant à l’instauration de la mention «made in Morocco». De même qu’il a établi la distinction judicieuse entre le volet social et le volet sociétal.

Concernant le volet sociologique, Driss Lachguar soutient que la société marocaine a beaucoup évolué, notamment au niveau de sa jeunesse, qui aspire à davantage de liberté et de prise d’initiative. Une mutation sociologique qui a été confirmée par une note intitulée "Quelques caractéristiques des primo-votants aux élections de 2021" réalisée par  le Haut-commissariat au plan (HCP) qui a démontré que les primo-votants comptent 3,002 millions d’individus en 2021 et constituent près de 11,9% de la population marocaine en âge de voter, notant que chaque nouvelle élection est l’occasion d’un renouvellement générationnel du corps électoral. Dans ce document publié à l’occasion des triples élections législative, régionale et communale du 8 septembre 2021, le HCP précise que parmi ces primo-votants, on compterait 1,473 million de femmes (49,1%) et 1,792 million de citadins (59,7%). Selon les régions, le Grand Casablanca-Settat concentre près du cinquième (19,1%) des primo-votants, suivi par les régions de Marrakech-Safi (13,6%), Rabat-Salé-Kénitra (13,1%) et Fès-Meknès (12,2%). En revanche, les régions de Guelmim-Oued Noun, Laâyoune-Sakia El Hamra et Dakhla-Oued Ed-Dahab enregistrent les proportions les plus faibles, respectivement 1,3%, 1,1% et 0,5% de l’ensemble des primo-votants.

Pour le leader ittihadi, l’USFP  méritait amplement d’être parmi les premiers partis vu son travail sérieux et sa persévérance, en plus de sa légitimité historique. En effet, et tout au long de son existence sur la scène politique, le parti de la Rose s’est  distingué par des apports significatifs et des réalisations notoires quant au bien-être de la population et à l’intérêt général du pays. Il ne faut pas oublier non plus son attitude efficiente dès le début de la pandémie de Covid-19. Alors que bien d’autres formations n’en mesuraient pas l’ampleur, l’USFP a élaboré une plateforme ayant trait à l’examen de la situation sanitaire, la gestion de la crise et l’évaluation des conséquences. Le parti est allé jusqu’à proposer la composition d’un «gouvernement d’entente nationale» dans le cas où la pandémie perdurerait et s’aggraverait.

Driss Lachguar qualifie les élections du 8 septembre d’un symbole portant la devise d’une nouvelle alternance à horizon social-démocrate qui sera une base de travail pour le parti avec les acteurs politiques dans les prochains jours. En effet, il a indiqué, dans une déclaration à la presse, que l’USFP devait entamer, hier, ses travaux pour réussir la nouvelle alternance que le parti a appelée de ses vœux lors de sa campagne électorale.

Il s’est également félicité du taux de participation en affirmant la pleine conscience des Marocains quant à l'importance de cette échéance et les défis qui en découlent, tout en notant que "des démocraties bien établies ont connu des trébuchements pour atteindre un taux de participation positif de 50,35%, en ces temps de pandémie".

Pour le Premier secrétaire de l'USFP, cette forte participation citoyenne insufflera aux institutions de demain un nouvel élan, précisant que la majorité de la population marocaine a fait son choix.

Driss Lachguar a remercié les militantes et militants de l’USFP dont les efforts ont permis la renaissance du parti, que ce soit en termes de voix obtenues ou de sièges gagnés,  soulignant à ce propos que l’USFP signe son retour dans le paysage politique et partisan du Maroc.

Hassan Bentaleb

Libé
Jeudi 9 Septembre 2021

Lu 921 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS