Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les deux Corées vont tenir leur premier sommet depuis 2007

Kim Jong-un va devenir le premier dirigeant du Nord à fouler le sol du Sud en soixante-cinq ans



Le président sud-coréen Moon Jae-in retrouvera aujourd’hui le numéro un nord-coréen Kim Jong-un à Panmunjom, "village de la trêve" situé sur la frontière commune, pour le troisième sommet intercoréen, après ceux de 2000 et de 2007.
Kim Jong-un doit franchir la frontière à 09h30 locales (00:30 GMT), et le dialogue entre lui et Moon débutera une heure plus tard, à 10h30 (01:30 GMT) à la "Maison de la paix" à Panmunjom.
"Ce sommet portera plus sur la dénucléarisation et la recherche d'une paix définitive que sur quoi que ce soit d'autre", a déclaré le secrétaire général de la présidence sud-coréenne, Im Jong-seok, lors d'un point de presse.
Il s'agit de la première rencontre de ce genre entre dirigeants des deux Corées depuis celle du 2 octobre 2007 entre le président sud-coréen d'alors, Roh Moo-hyun, et Kim Jong-il, père et prédécesseur de l'actuel dirigeant nord-coréen.
Ce sommet intercoréen aura lieu avant celui qui devrait réunir, en mai ou en juin, Kim Jong-un et le président américain. D'ici là, Donald Trump pourrait rencontrer son homologue sud-coréen, comme l'a laissé entendre mercredi un représentant de la Maison blanche. ()
"Je crois que la Corée du Nord envoie des responsables militaires de premier plan à ce sommet parce qu'elle pense elle aussi que la dénucléarisation et la paix sont importantes", a estimé le secrétaire général de la présidence sud-coréenne.
Kim Jong-un sera accompagné de neuf responsables, dont sa soeur Kim Yo-jong, qui avait dirigé la délégation du Nord aux Jeux olympiques de Pyeongchang au Sud, en février, et Kim Yong-nam, le chef d'Etat en titre de la Corée du Nord, dont les pouvoirs sont honorifiques.
Figureront aussi dans la délégation du Nord Kim Yong-chol, ancien chef des services de renseignement, et Choe Hwi, président d'une association sportive. Le Nord avait envoyé des athlètes aux Jeux olympiques d'hiver, où les deux Corées avaient présenté une équipe commune en hockey sur glace.
Kim Yong-chol a dirigé le Bureau général de reconnaissance, une unité du renseignement militaire nord-coréen que Séoul accuse d'avoir coulé en mer Jaune la corvette sud-coréenne Cheonan en 2010, drame qui avait causé la mort de 46 marins.
Egalement présent dans la délégation du Nord, Ri Su-yong, membre du bureau politique du parti unique nord-coréen, et Ri Myong-su, chef d'état-major des forces armées nord-coréennes.
Deux ministres nord-coréens font le voyage de Panmunjom: celui de la Défense, Pak Yong-sik, et celui des Affaires étrangères, Ri Yong-ho, auxquels s'ajoute un responsable chargé des efforts de réunification, Ri Son-gwon.
La délégation sud-coréenne, elle, comprendra sept responsables, dont les ministres de la Défense, des Affaires étrangères et de l'Unification.
Au terme de leur première session de discussions, Kim Jong-un et Moon Jae-in déjeuneront séparément, avant de planter sur la ligne de démarcation, au cours de l'après-midi, un pin symbolisant "la paix et la prospérité".
Pour cette cérémonie de plantation sera utilisée de la terre provenant du mont Paektu, montagne sacrée pour les Coréens et point culminant de la péninsule, situé sur le territoire du Nord. Sera utilisée aussi de la terre provenant du Hallasan, point culminant de la Corée du Sud, situé sur l'île de Jeju.
Kim et Moon arroseront l'arbre avec de l'eau de la rivière Taedong (Corée du Nord) et du fleuve Han, qui arrose Séoul, a dit Im. Ensuite, Moon et Kim se promèneront ensemble dans Panmunjom avant d'entreprendre la session suivante des discussions.
En clôture des discussions, les deux dirigeants signeront un pacte et effectueront une annonce, a ajouté le secrétaire général de la présidence sud-coréenne.
Pour de nombreux Sud-Coréens, l'hypothèse d'une réunification s'est éloignée, au point de devenir irréaliste, depuis la fin de la guerre de Corée il y a 65 ans, et la population, au Sud, estime que la paix est davantage une priorité qu'une réunification de la péninsule.

Vendredi 27 Avril 2018

Lu 443 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS