Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les corps de 40 migrants retrouvés morts noyés en Libye


Des ONG accusent l'UE de se voiler la face



Le Croissant-Rouge libyen a annoncé samedi avoir retrouvé depuis dimanche les corps de 40 migrants morts noyés au large de la capitale Tripoli en tentant de rejoindre les côtes européennes.
"Nous avons récupéré aujourd'hui (samedi) six corps et huit autres hier (vendredi), portant le total des corps récupérés depuis dimanche au large de Tripoli à 40", a déclaré à l'AFP Khaled Mohamed Al-Adou, membre du Croissant-Rouge.
Dimanche dernier, 16 corps de migrants avaient été découverts sur une plage de Zouara, à 160 km à l'ouest de Tripoli près de la frontière tunisienne.
Les garde-côtes italiens ont pour leur part indiqué que dix autres corps avaient été récupérés samedi sur un bateau pneumatique au large des côtes libyennes.
Les passeurs de migrants clandestins profitent du chaos qui règne en Libye depuis la révolte populaire qui a renversé le régime du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011. La plupart des départs ont lieu depuis l'ouest du pays, à destination de l'Italie qui n'est qu'à 300 kilomètres.
Les garde-côtes italiens, qui coordonnent l'ensemble des interventions de secours en Méditerranée, ont en outre indiqué que différents bateaux avaient sauvé plus de 2.200 personnes pour la seule journée de samedi.
Par ailleurs, des ONG venant en aide aux migrants en Méditerranée ont accusé vendredi l'Union européenne de se voiler la face concernant les milliers de morts en mer cette année en tentant de rejoindre ses côtes méridionales.
De nouveaux naufrages cette semaine entre la Libye et l'Italie ont alourdi le bilan de migrants morts en mer, qui s'élève à 4.220 depuis le début de l'année, un chiffre déjà supérieur aux totaux annuels de 2014, 2015 et de n'importe quelle autre année pour laquelle un bilan existe, a indiqué l'Organisation internationale pour les migrations.
Plus de 725 migrants supplémentaires sont morts jusqu'à présent en 2016 par rapport à la même période en 2015, a souligné l'OIM.
"Face à ce nouveau record scandaleux, l'Union européenne ne peut pas continuer à faire comme si rien ne se passait et se rendre complice de cette tragédie qui s'aggrave", a dénoncé Tommaso Fabbri, chef de mission en Italie de Médecins sans Frontières (MSF).
"Il faut d'urgence fournir des moyens sûrs et légaux aux personnes désespérées qui viennent chercher la sécurité en Europe, sans qu'elles risquent ou perdent leur vie", a-t-il insisté. Un navire affrété par MSF, le Bourbon Argos, a secouru vendredi 867 personnes, dont 119 femmes et huit bébés (dont quatre âgés de quelques mois). L'organisation MOAS d'aide aux migrants, basée à Malte, a elle aussi appelé l'Europe à changer d'attitude: "Face à ce nombre record de morts, nous devons trouver des alternatives pour ces gens qui fuient la violence, les persécutions et la pauvreté", a affirmé un porte-parole.
Un responsable de l'OIM, Federico Soda, a affirmé que le nombre de morts cette année était dû en partie à trois importants naufrages en avril et mai, qui ont provoqué 1.400 morts, et à une hausse inattendue du trafic de migrants en octobre. "En octobre, les conditions météo en mer sont généralement mauvaises, ce qui cause inévitablement plus d'accidents", a-t-il expliqué.

Libé
Lundi 7 Novembre 2016

Lu 738 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.