Les confidences d’Omar Sy


Il n'est pas toujours facile de vivre loin de ses parents, que l'on soit très jeune, ou bien lancé dans la vie active. Surtout lorsqu'on entretient des liens fusionnels avec notre famille. On pourrait croire que c'est une situation difficile à vivre pour Omar Sy, mais il n'en est rien. Parti vivre à Los Angeles pour tenter de développer sa carrière aux Etats-Unis, l'acteur a aujourd'hui un statut social bien différent de celui de ses proches. Lui qui a grandi à Trappes, avec ses amis Jamel Debbouze et Nicolas Anelka, a aujourd'hui une vie diamétralement différente.
L'acteur était sur le plateau de Clique dimanche (Canal+) pour assurer la promotion de son nouveau film, Yao. Un long-métrage qui raconte justement l'histoire d'un acteur ne connaissant pas son pays d'origine : le Sénégal. Omar Sy a forcément trouvé un écho dans ce scénario, lui-même d'origine sénégalaise, du côté de son père. L'occasion pour l'acteur d'évoquer la relation singulière qu'il entretient avec son papa.
"Cette classe sociale vous a éloigné de votre père. Omar toi, ça t'a rapproché de lui ?", questionne Mouloud Achour. "Oui, ça m'a rapproché parce qu'on a été obligés d'échanger. C'est arrivé tard, mais on communique beaucoup avec mon père. C'est vrai que depuis que je travaille, j'échange avec son parcours, sa façon de vivre", explique Omar Sy. Et comme tout papa, il essaye forcément de donner des conseils à son fils. "Il me donne des conseils, et souvent je lui dis 'oui mais c'est pas adapté à ta vie, à ton époque, à ton histoire'. On échange énormément, du coup ça nous a rapprochés puisque notre différence fait qu'on est obligés de s'expliquer", poursuit l'acteur.
Mais cette distance, autant physique que psychologique, a également amélioré la relation avec ses petits frères. "Tout ça m'a rapproché de mon père et même de mes petits frères, qui finalement n'ont pas la même vie que moi. Ils ont grandi au même endroit, mais à une autre époque, avec plus d'avantages que moi puisque j'avais les moyens pour les aider un petit peu plus", confie le père de famille. Loin des yeux, près du cœur.

Samedi 26 Janvier 2019

Lu 720 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br