Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les confessions forcées de Brahim Ghali


Ahmadou El-Katab
Lundi 7 Mars 2022

Il admet publiquement l'échec du “Front Polisario ” et reconnaît officiellement le grand isolement de la thèse séparatiste dépassée

Les confessions forcées de Brahim Ghali
Dans une reconnaissance officielle de l'isolement international auquel le Polisario est confronté, Brahim Ghali a critiqué l'absence de solidarité arabe avec sa thèse séparatiste, alors qu'un important groupe de pays de la région a exprimé son plein soutien à l’initiative d’autonomie proposée par le Maroc pour résoudre la question du Sahara marocain.
Le chef des séparatistes a abordé les positions des pays arabes sur la question du Sahara marocain, affirmant qu’« une véritable solidarité arabe manquait au Polisario ».
La quasi-totalité des pays arabes et africains ont reconnu la crédibilité et le sérieux de l’initiative d’autonomie marocaine visant à mettre fin à ce conflit artificiel, surtout après que l’administration américaine l’a soutenue à l'époque du président Donald Trump. Tandis que la présidence américaine sous Joe Biden a considéré le Maroc comme un allié stratégique.
Certains observateurs ont estimé que cette déclaration défaitiste de Brahim Ghali pourrait signifier qu’il serait prêt à jeter l’éponge surtout après les guerres fratricides entre clans tribaux qui ont éclaté au grand jour dernièrement.
Le journal mauritanien « almarabiaa » qui a rapporté l’information souligne à cet égard : « Dans ce contexte, des confrontations tribales entre Ouled Moussa et Labouihat à Tindouf se sont étendues aux sièges administratifs et à certains magasins appartenant à des dirigeants du Polisario issus des deux tribus devant l’échec des miliciens de Brahim Ghali à contenir la colère des belligérants qui ont mis le feu au siège de la police dans le camp de «Smara» et ses annexes à «Ouessred» ».
La situation s’est envenimée davantage quand des dirigeants influents ont rejoint et soutenu les membres de leur tribu lors de ces incidents. C’est ainsi que des manifestants appartenant à la tribu d’Ouled Moussa ont attaqué et brûlé le chapiteau réservé à l’accueil d’étrangers dans le camp de «Smara». Désemparés par l’ampleur de cette révolte, les dirigeants du Polisario ont été contraints d’exfiltrer, en catastrophe, leurs invités pour les installer dans un lieu sécurisé au centre de Tindouf. Devenue incontrôlable, cette situation a poussé la direction du Polisario à demander du renfort au général algérien Mustapha Ismaili. Ainsi, des forces spéciales algériennes ont été dépêchées sur les lieux pour mettre fin aux protestations. 


Lu 1462 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p