Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les activités du secteur secondaire enregistrent une évolution favorable


Evolution positive des principaux indicateurs, selon la DEPF



L’activité économique nationale reste globalement marquée par une configuration sectorielle favorable, à l’exception des secteurs de la pêche et du BTP, a constaté dernièrement la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) dans sa note de conjoncture d’octobre 2017 (N°248).
C’est le cas notamment du secteur secondaire dont l’évolution favorable des indicateurs n’a pas échappé à ce département relevant du ministère de l’Economie et des Finances.
A commencer par le secteur de phosphates et dérivés dont la production de phosphate roche s’est accrue en volume de 26,1% à fin mai 2017, après +3% un an plus tôt, et une baisse de 10,2% à fin mai 2015, a indiqué la DEPF. 
«S’agissant de la production des dérivés de phosphate, elle s’est boostée de 35,8% au titre de la même période, recouvrant une augmentation de la production des engrais phosphatés de 49,2% et de celle de l’acide phosphorique de 19,5%», a-t-elle relevé. Alors que le volume des exportations des dérivés de phosphate s’est apprécié de 14,7% à fin août, recouvrant une hausse du volume des expéditions des engrais naturels et chimiques de 22,4% et de celui de l’acide phosphorique de 1%.
De son côté, le secteur de l’énergie électrique a maintenu son comportement favorable au troisième trimestre. Il a enregistré «une amélioration de sa production au niveau national de 2,3%, en glissement annuel, durant les deux premiers mois de ce trimestre, en consolidation d’une hausse de 4,9% au titre du deuxième trimestre, pour clôturer les huit premiers mois de l’année 2017 sur une hausse de 2,1%, après +2,4% un an plus tôt», a indiqué la DEPF.
Cette progression serait liée essentiellement à l’évolution toujours favorable de la production de l’ONEE (+7,4%) à fin août 2017, après -6,7% il y a une année, modérée par le recul de la production privée de 1,1% (après +5,1%).
Dans sa note, la DEPF a aussi indiqué que la consommation de l’énergie électrique s’est, de son côté, renforcée de 4,1% au terme des huit premiers mois de 2017. Et ce «après une hausse de 1,6% il y a une année, nourrie d’une hausse de 5,2% au cours des deux premiers mois du troisième trimestre de 2017, de 5,6% au deuxième trimestre et de 1,6% durant le premier trimestre de la même année», a-t-elle précisé.
Une évolution positive a été également relevée du côté du secteur immobilier où l’encours des crédits alloués au secteur s’est amélioré, en glissement annuel, de 3,7% à fin août 2017, après +2,1% un an plus tôt, pour se situer à plus de 255 milliards de dirhams.
A en croire la DEPF, cette progression découlerait de la bonne tenue des crédits accordés à l’habitat (+4,7%) et de ceux attribués à la promotion immobilière (+1,4%, après un retrait de 5,5% à fin août 2016).
Elle a toutefois rappelé que l’activité en amont de ce secteur peine toujours à sortir de son marasme. En effet, la DEPF a noté que la reprise durant le mois d’août 2017 a affiché une tendance baissière des ventes de ciment, principal baromètre du secteur du BTP, avec un recul de 10,3%, clôturant les huit premiers mois de l’année 2017 sur un repli de 4,9%.
Le secteur industriel a également affiché un comportement favorable : l’indice de production du secteur manufacturier, hors raffinage de pétrole, a progressé de 2% au titre de la première moitié de l’année 2017, augurant d’un comportement globalement favorable de ce secteur durant l’année en cours.
«Pour ce qui est du troisième trimestre 2017, la valeur des exportations des principaux secteurs exportateurs a affiché une évolution globalement favorable. En effet, à l’exception du secteur de l’électronique dont les exportations ont accusé une baisse de 5,1%, les autres principaux secteurs se sont bien comportés, avec une progression de 9,5% pour le secteur de l’automobile, de 21,5% pour l’aéronautique, de 10,5% pour l’agroalimentaire, de 16,1% pour le textile et cuir et de 13,4% pour l’OCP».
Enfin, citant les principaux résultats de l’enquête nationale sur les structures économiques 2015, relatifs au secteur manufacturier, réalisée par le HCP, la DEPF a noté que les industries manufacturières ont réalisé un chiffre d’affaires de 434 milliards de DH en 2014, en accroissement annuel moyen de 5,7% depuis 2006.
D’après les derniers indicateurs disponibles, la valeur ajoutée du secteur a atteint 93,9 milliards de DH, en hausse annuelle moyenne de 5% entre 2006 et 2014.


Alain Bouithy
Lundi 30 Octobre 2017

Lu 1207 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.