Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les accords de coopération maroco-espagnols doivent reposer sur la réciprocité et le win-win

Aïcha Adouihi, présidente de l'Observatoire du Sahara pour la paix, la démocratie et les droits de l’Homme



Les accords de coopération maroco-espagnols doivent reposer sur la réciprocité et le win-win
La présidente de l'Observatoire du Sahara pour la paix, la démocratie et les droits de l'Homme, Aïcha Adouihi, a déclaré que les accords de coopération maroco-espagnols doivent être basés sur le principe de gagnant-gagnant et de la réciprocité.

Dans une déclaration à la presse, elle a souligné que le Maroc est devenu, pour de nombreuses considérations, une puissance régionale dont les institutions pionnières aux niveaux régional et international ont accumulé des succès «impressionnants» dans plusieurs domaines tels que ceux liés à la lutte contre l’immigration irrégulière, la drogue, la criminalité internationale et les organisations terroristes, ajoutant que « les institutions marocaines ont, par ailleurs, réussi à établir des partenariats solides aux niveaux militaire, sécuritaire et du renseignement avec leurs homologues des autres pays, qualifiant d’irréaliste «le comportement de toute partie qui douterait des capacités du Royaume».

L’activiste sahraouie a mis en garde l'Union européenne qui, pour défendre ses intérêts, pourrait considérer les présides occupés de Sebta et Mellilia comme des frontières européennes. Et compte tenu de la situation géographique du Maroc, en tant que point de contact avec l'Union européenne sur la question de l'immigration, les activistes de cette association ont souligné la nécessité de revoir et de réévaluer les accords qui unissent les deux parties, y compris l'accord sur l’immigration, soulignant que le Maroc ne jouera jamais le rôle de «gendarme de l’Europe» en la matière. Sur un autre registre, Aïcha Adouihi s'est interrogée : «Comment l'Espagne peut-elle exiger du Maroc de tenir compte du bon voisinage alors qu’elle ne prend pas la peine d’y veiller et le torpille en accueillant Brahim Ghali, chef de la milice du Polisario, organisation qui porte les armes contre le Royaume ? ».

Elle a indiqué qu'après avoir accueilli, sous une fausse identité algérienne, le chef des séparatistes accusé de crimes de guerre et de violations flagrantes des droits de l'Homme, sous le prétexte peu convaincant des "raisons purement humanitaires", « ce comportement ne peut que desservir le partenariat stratégique entre les deux Royaumes et nuire aux fondements même des relations de longue date entre les deux pays ".

Ahmadou El-Katab

Libé
Dimanche 23 Mai 2021

Lu 374 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.



Flux RSS