Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les MRE cinéastes, une valeur ajoutée au paysage artistique aussi bien au Maroc qu'à l’étranger




Les MRE cinéastes, une valeur ajoutée au paysage artistique aussi bien au Maroc qu'à l’étranger
Les cinéastes marocains résidant à l'étranger (MRE) constituent une forte valeur ajoutée au paysage artistique aussi bien au Maroc qu'à l'étranger, eu égard à leur culture riche et ouverte sur des expériences cinématographiques d'envergure internationale, ont indiqué, samedi à Oujda, des intervenants à un colloque tenu à l'occasion de la 7ème édition du Festival méditerranéen Cinéma et immigration.
La communauté marocaine résidant à l'étranger compte de nombreux talents artistiques et cinématographiques, ont souligné les participants, notant que le cinéma demeure un langage universel qui transcende les appartenances géographiques et les frontières et met en relation les peuples de différentes origines.
Le cinéma n'est plus un art qui requiert des compétences et techniques personnelles, mais c'est plutôt une industrie à part entière qui nécessite des budgets souvent faramineux, ont-ils relevé, mettant l'accent dans ce sens sur les contraintes inhérentes à la production et à la distribution des films, dont notamment la recrudescence du phénomène de la fermeture des salles de cinéma.
Il est vrai que les nouvelles technologies ont mis à la disposition des cinéastes d'énormes moyens et outils de tournage et de montage, mais le problème réside dans l'abandon des salles de cinéma par le public, ont-ils fait remarquer, appelant dans ce sens à déployer davantage d’efforts pour fidéliser les cinéphiles en inculquant la culture du 7ème art à la jeunesse.
Ont pris part à cette conférence, tenue sous le thème "Les Marocains du monde et les productions cinématographiques", plusieurs figures du cinéma marocain dont Younès Lahri, Mourad Boussif, Abdelkebir Regagna et Abdlehay Iraki.
Organisée par l’Association solidarité pour le développement et l’immigration, le Festival méditerranéen Cinéma et immigration (26-30 septembre) s’inscrit dans le cadre des activités culturelles célébrant l’événement "Oujda capitale de la culture arabe pour l’année 2018".

Libé
Lundi 1 Octobre 2018

Lu 562 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 18:55 Le secteur du livre affaibli par la pandémie

Vendredi 18 Septembre 2020 - 16:57 Décès de Mohamed Talal