Libération





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Groupes socialistes s’abstiennent de voter lors de l’élection des présidents des deux Chambres

S’opposer à toute tentative de dénuer l’institution parlementaire de ses missions de contrôle et de reddition des comptes


Libé
Dimanche 10 Octobre 2021

Les Groupes socialistes s’abstiennent de voter lors de l’élection des présidents des deux Chambres
Les deux Groupes socialistes des deux Chambres du Parlement se sont abstenus, samedi, de voter lors de l’élection des présidents desdites Chambres.  

Cette position s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre effective de la décision du parti de la Rose de se ranger dans  l’opposition. Elle traduit également la volonté de l’USFP de faire face aux trois partis qui ont mis à profit la supériorité numérique pour exercer une certaine domination et élaborer une cartographie des Conseils à leur guise.   

Le Premier secrétaire de l’USFP avait déjà tiré la sonnette d’alarme à propos de ce sujet, tout comme il a été clairement mis en avant dans le dernier communiqué du Bureau politique. «La recherche de domination sur les institutions élues de la part de la nouvelle alliance tripartite, qui a marqué les élections des conseils territoriaux et de la Chambre des conseillers exige de nous de défendre le pluralisme en tant qu’acquis politique de l’Etat et de la société marocaine», lit-on dans ledit communiqué.

La position des deux Groupes socialistes traduit formellement ce qui a été souligné dans le communiqué du Bureau politique, et est perçue comme une stricte application des décisions des organes du parti. Il s’agit également d’un message clair adressé à cette alliance tripartite, pour lui faire savoir que l’USFP se dressera toujours contre tout comportement inapproprié ou toute tentative de domination.  

Le Parti a, dans ce sens, affirmé qu’il poursuivrait sa défense des institutions constitutionnelles et de leurs rôles. Il a, par conséquent, décidé de s’opposer à toute tentative de décharger l'institution parlementaire de ses tâches en matière de législation, de contrôle et de reddition des comptes, ou encore à toute action visant à l’affaiblir, sous prétexte de la «majorité numérique».

Le Bureau politique a également souligné que dans le cadre de sa responsabilité en tant que parti national, il «considère que le caractère délicat de l’étape exige de lui d’ériger les bases d’une opposition patriote, forte, réaliste, suggestive et participative afin d’accompagner l’étape de transition vers un nouveau modèle de développement sur de bonnes bases».

M.O


Lu 1631 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS