Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Bulgares aux urnes, Borissov en quête d' un quatrième mandat





Les Bulgares aux urnes, Borissov en quête d' un quatrième mandat
Le conservateur Boïko Borissov décrochera-t-il un quatrième mandat ? Les Bulgares ont commencé à voter dimanche aux législatives, un scrutin qui pourrait être marqué par une forte abstention alors que les protestations de l'été dernier contre la corruption ont fait long feu. "J'ai toujours pris en compte ce que le peuple décide (...) Que les élections soient honnêtes", a déclaré M. Borissov après avoir voté en l'absence de journalistes. "L'immense soutien que nous avons reçu de nos homologues d'Europe montre l'importance d'un gouvernement européen et stable en Bulgarie", a-t-il souligné dans une déclaration transmise sur Facebook. Les instituts de sondage donnent favori le parti Gerb du controversé Premier ministre, le créditant de 28 à 29% d'intentions de vote, soit environ 75 sièges au Parlement constitué de 240 élus. "C'est l'absence d'autres options en raison d'une opposition morcelée et peu convaincante qui explique l'hégémonie politique de Gerb", invincible depuis 2009, analyse auprès de l'AFP le politologue Antony Todorov

Refusant tout contact avec les médias depuis les manifestations, M. Borissov a mené sa campagne sur le réseau social Facebook où il retransmettait au quotidien ses visites surprise, au volant de son 4x4, aux quatre coins du pays, à la rencontre d'ouvriers et employeurs. Son slogan: "Travail, travail, travail!". Samedi, il avait opté pour le silence: une photo le montrait en costume noir, seul dans un pré émaillé de fleurs, sous le message "Il est mieux parfois de se taire". Une apparente sérénité qui contraste avec l'ambiance tendue d'il y a quelques mois, quand des milliers de Bulgares réclamaient dans la rue sa démission, après une série de scandales. Le dirigeant de 61 ans a joué la montre, refusant d'organiser des élections anticipées, et a profité de la déliquescence du mouvement sous l'effet de l'hiver et de la pandémie de Covid-19. La victoire de son parti, si elle se confirme dans les urnes, pourrait toutefois être ternie par une faible participation dans un contexte anxiogène en pleine troisième vague de contaminations. Des bureaux de vote ont cependant été installés dans les hôpitaux débordés et des urnes mobiles seront apportées à des familles en quarantaine.

Les socialistes sont attendus en seconde position (20-22%), mais divisés, ils devraient pâtir des réticences de leur électorat âgé à venir voter. Les regards seront surtout tournés vers le vote protestataire, partagé entre trois nouvelles formations. C'est un animateur de télévision, Slavi Trifonov, connu pour ses critiques virulentes du gouvernement, qui semble tirer son épingle du jeu (13%), même s'il n'a pas participé aux manifestations. Parmi ceux qui avaient défilé, "Bulgarie démocratique" de la droite citadine, soutenu par les Bulgares de l'étranger, et "Debout! Mafia dehors" (gauche), proche du président Roumen Radev qui a appelé à un "renouveau", sont en passe d'entrer au Parlement (6% chacun). Il faudra compter enfin avec le parti de la minorité turque MDL, habituel faiseur de rois (12%), et les nationalistes du VMRO, qui participaient au gouvernement sortant mais sont en perte de vitesse. Les premières estimations des sondages sortie des urnes sont attendues à la clôture du scrutin à 20H00 (17H00 GMT), mais les résultats officiels définitifs ne seront pas connus avant jeudi. Le phénomène d'achat de voix par les partis, qui concerne d'ordinaire entre 5% et 19% des suffrages, pourrait s'amplifier, a prévenu en début de semaine semaine l'ONG Anticorruption Fund.

Libé
Dimanche 4 Avril 2021

Lu 315 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.