Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Leila Doukali, présidente de l’AFEM

Le taux de création d’ entreprises par les femmes est en recul malgré toutes les mesures gouvernementales

​Dans un entretien accordé à la MAP, la présidente nationale de l’Association des femmes cheffes d’entreprise au Maroc (AFEM), Leila Doukali, nous fait part de l’état des lieux de l’entrepreneuriat féminin au Maroc ainsi que des mécanismes à adopter pour encourager les femmes à se lancer davantage dans leur propre business.


Quel est l’état des lieux de l’entrepreneuriat féminin au Maroc ?
Au regard des chiffres disponibles, l’entreprenariat féminin au Maroc a besoin d’une stratégie nationale collaborative d’encouragement à la création d’entreprises et de soutien à celles existantes. Le taux de création d’entreprises par la femme est en recul passant de 12% en 2015 à 10% en 2018, et ce malgré toutes les mesures gouvernementales mises en place.

La Covid-19 n’a pas arrangé les choses. Bien au contraire. Le tissu entrepreneurial féminin est majoritairement composé de TPE exerçant dans les secteurs du commerce et des services, lourdement impactés par cette pandémie. Beaucoup d’entre elles ne peuvent plus faire face aux charges courantes de leur activité du fait d’un carnet de commandes vide. Elles restent néanmoins animées par une forte volonté de maintenir leur business.

L’AFEM, toujours fidèle à sa mission, a décidé de se mobiliser pour être à côté de ces femmes en vue de leur apporter le soutien nécessaire et les aider à passer ce cap difficile. Nous ne pouvons pas concevoir que le taux de création d’entreprise, qui est déjà très bas, continue à décliner d’autant plus que la femme marocaine veut plus que jamais son autonomie financière. Un chiffre récent de Deloitte révèle que l’appétence actuelle de la femme à créer son entreprise se situe à 34% au Maroc contre 17% en France.

Quels mécanismes faut-il adopter pour encourager les femmes à se lancer davantage dans le business ?
La création d’entreprise par la femme est un véritable parcours du combattant. Il lui faut beaucoup de détermination et de courage pour aller au bout de son projet. Elle fait face à un problème de financement car elle ne dispose pas de garanties à offrir. Elle porte également la totale responsabilité de son foyer, ce qui impacte considérablement sa volonté de créer son affaire.

La femme marocaine a besoin d’être épaulée, d’être accompagnée et surtout d’être rassurée. Elle pense ne pas être capable de concilier vie familiale et vie professionnelle. Et pourtant, elle en est parfaitement capable.

L’AFEM est à la disposition de toutes ces femmes qui doutent. Nous saurons les orienter et les motiver. Pour celles qui ont déjà franchi le pas et qui se retrouvent en difficulté suite à la crise sanitaire de Covid-19, notre association a décidé de revoir sa feuille de route pour être à côté de cette femme chef d’entreprise en créant AMALLY.

Ce plan d’appui est une main tendue aux entrepreneuses désirant redessiner l’avenir de leur entreprise. Nous avons la ferme volonté d’aider nos membres à survivre, à rebondir et à maintenir une dynamique dans cet environnement incertain. En réaménageant notre siège, nous offrirons du co-working, du conseil, de la formation, du coaching, des séminaires, des ateliers, des rencontres B to B.

Selon vous, quel sera l’impact de la hausse du taux d’activité des femmes sur l’économie nationale?
Selon vous, quel sera l’impact de la hausse du taux d’activité des femmes sur l’économie nationale? La femme active est un acteur incontournable de la croissance économique du Maroc. Elle est rigoureuse, exigeante, ambitieuse et solvable.

Une plus large intégration de la femme dans des postes de responsabilités accroîtrait le PIB de 2%. Une véritable stratégie nationale d’intégration de la femme dans la vie active serait salutaire.

Libé
Jeudi 10 Décembre 2020

Lu 716 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS