Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le vilain virus se fait plus assassin que jamais

Plus de 100 morts en 24 heures


L'efficacité des vaccins sous le seuil jugé acceptable par l'OMS

Le vilain virus se fait plus assassin que jamais
Mieux vaut être un peu protégé que pas du tout. De prime abord, cette formule peut paraître minimaliste, pessimiste ou pis encore, à l’emporte-pièce. Mais au vrai, elle résume et reflète fidèlement l’actualité de Covid19 aussi bien dans le monde qu’au Maroc.

La barre des cent décès dépassée
D’abord, parce que si le Royaume a atteint un record de décès (105) en 24h, comme annoncé mardi soir par le ministère de la Santé, les réticences de certains Marocains à se faire vacciner ne sont pas étrangères à ce triste état de fait, comme c’est le cas de la grande majorité des citoyennes et citoyens décédés en réanimation ces derniers temps. Ensuite, car la nouvelle enquête de suivi “REACT-1”, réalisée par l'Imperial College de Londres, a montré que l'efficacité des vaccins (Pfizer et AstraZeneca) anti-Covid-19 contre le variant Delta serait inférieure à 50%. Dès lors, la formule d’introduction prend tout son sens. Même si, il va de soi que l’on aurait préféré vous annoncer que la situation sanitaire dansle pays est rassurante. Mais force est de constater que les courbes d’infections, de patients en réanimation et de décès s’emballent et sont en constante hausse depuis plusieurs jours. Lors du bilan épidémiologique de mardi, les autorités sanitaires dénombraient pas moins de 9.778 nouveaux cas (soit un taux de positivité de 21,5%), dont la majorité recensés à Casablanca (2.628). La situation dans la petite ville de Fkih Ben Saleh, avec 261 cas Covid+ en 24h, n’est pas moins inquiétante. Finalement, il n’y a rien de bien étonnant à ce que le nombre de cas actifs atteigne un nouveau pic : 75.818 cas. Les services de réanimation n'échappent pas à cet emballement épidémique, avec 314 nouvelles admissions au cours des dernières 24 heures, pour un total de 1.692 patients hospitalisés. Bref, ce n’est pas demain la veille que nous allons nous débarrasser de ce satané virus, quand bien même les autorités sanitaires tentent par tous les moyens d’endiguer la propagation du variant Delta (indien), en accélérant la campagne de vaccination. Et notamment en incluant les étudiants, comme l’a fait savoir, par le biais d’un communiqué, le ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique : «Tous les étudiants ainsi que les stagiaires de la formation professionnelle sont invités à se rendre au centre de vaccination le plus proche pour recevoir la première dose du vaccin ».

L'efficacité des vaccins en question
Cependant, l’ensemble des efforts consentis se heurtent à une réalité scientifique qui fait vraiment froid dans le dos : les vaccins ne sont pas une assurance tout risque. Au-delà de l’étude parue en juillet dernier, selon laquelle un schéma vaccinal à deux doses diminuait de 80% le risque d’infection contre le variant Delta (94% pour Pfizer et 74% pour AstraZeneca), après ajustement des différents facteurs (âge, comorbidités, etc.), une nouvelle enquête estime l’efficacité des vaccins contre le variant Delta à 49%. Une mauvaise nouvelle en soi, puisqu’il s’agit d’un seuil inférieur à celui jugé acceptable par l'Organisation mondiale de la santé. Lors de la même enquête, “44 % des nouvelles infections ont ainsi eu lieu chez des personnes vaccinées”, a indiqué l'épidémiologiste Paul Elliot. Logiquement, ce chiffre devrait être amené à augmenter au fur et à mesure que plus de personnes sont vaccinées. Cela n'empêche pas les sueurs froides et les scénarii les plus pessimistes. « Le variant Delta est connu pour être hautement infectieux et par conséquent, nous pouvons voir qu'il engendre des infections inhabituellement élevées chez des personnes entièrement vaccinées», confirme Steven Riley, spécialiste des maladies infectieuses à l'Imperial College de Londres, dans une manière d’enfoncer encore un peu plus le clou. Evidemment, le but de l’étude n’est en aucun cas de prouver que les vaccins ne servent à rien. Bien au contraire. D’ailleurs, il convient de rappeler que l'Imperial College de Londres souligne que les personnes doublement vaccinées ont deux fois moins de chance d'être contaminées par un patient infecté. Mais si «aucun vaccin n’est efficace à 100%, il existe toujours un risque d'infection même au sein d'une population vaccinée», tempère Paul Elliott, il y a des raisons de redoubler de vigilance, d’autant que chez les personnes vaccinés “un rapprochement des courbes de contaminations et des hospitalisations a été constaté récemment”, concluent les chercheurs. Pour une fois, on aimerait qu’ils aient tort. 

Dr.Tayeb Hamdi met à nu des fake-news mettant en doute l'efficacité du vaccin Sinopharm

Le Dr. Tayeb Hamdi a mis en garde contre des fakenews circulant au Maroc via certains groupes WhatsApp et Facebook qui mettent en doute l'efficacité du vaccin Sinopharm et la réalité du nouveau coronavirus. Dans des déclarations, Dr. Hamdi a indiqué qu'il s'agit en premier d'une vidéo, partagée sur les réseaux sociaux, montrant un extrait d'un bulletin d'information d'une chaîne TV dans lequel un haut responsable chinois admet la faible efficacité des vaccins chinois (Sinopharm) contre la Covid-19. Pour ce médecin et chercheur en politiques et systèmes de santé, cette fake-news pourrait conduire certains citoyens à refuser la vaccination. Et d'ajouter que cette vidéo, dont la date n'est pas indiquée, circule depuis début avril 2021 et montre un responsable chinois qui s'exprimait lors d'une conférence sur les vaccins, où il a déclaré qu'"au niveau mondial, les vaccins que nous utilisons dans le monde dans son ensemble verront s'affaiblir progressivement leur efficacité, et nous devons réfléchir à des solutions, que ce soit au moyen d'une troisième dose, la mise à jour des vaccins, ou en les mélangeant". Selon Dr. Hamdi, une agence de presse mondiale a rapporté en premier l'information et a écrit dans son titre erroné "Un haut responsable chinois admet la faiblesse des vaccins en Chine", alors qu'en réalité l'intervenant parlait des vaccins en général et non pas de Sinopharm en particulier. Et de poursuivre que "ce responsable chinois a démenti l'information et qu'une mise au point dans ce sens a été publiée par l'agence de presse en question". Pour le chercheur marocain, le responsable chinois parlait en général alors même que, quelques jours après, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a approuvé le vaccin Sinopharm avec 79%, soit une efficacité plus importante que celle offerte par d'autres vaccins tels que AstraZeneca ou Johnson & Johnson. Et de relever qu'une étude réalisée et publiée par une université sri-lankaise sur le vaccin Sinopharm, a démontré que le vaccin aide à la production des anticorps, avec plus de 95%. Cette même étude a vu la participation d'experts et chercheurs de l'université britannique d'Oxford, avec un financement porté par l'OMS, a-t-il noté. Par ailleurs, le chercheur en politiques et systèmes de santé s'est attardé sur une autre fakenews relayée sur les réseaux sociaux, selon laquelle Singapour aurait réalisé des autopsies sur des individus emportés par la Covid-19 allant à l'encontre d'une prétendue décision de l'OMS, pour ainsi découvrir que ces malades n'étaient pas des victimes du coronavirus, mais plutôt d'une bactérie responsable de la coagulation du sang. Une pure affabulation, selon Dr. Hamdi. Cette fausse information suppose que le ministère de la Santé singapourien a prescrit de l'aspirine pour les malades, déclenchant leur rémission, alors que la maladie ne serait pas due à un virus qui attaque les poumons, a dénoncé Dr. Hamdi, soulignant que de telles opérations auraient été réalisées en Russie, en Grande-Bretagne et en Italie, des Etats qui ont démenti en bloc ces fausses informations.

Chady Chaabi
Jeudi 12 Août 2021

Lu 543 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS