Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le variant Delta, danger public numéro 1

AstraZeneca, un vaccin efficace mais imparfait


On fait comme si. Comme si les voyants étaient définitivement passés au vert, comme si on avait eu la peau de la bête, comme si la fête pouvait recommencer. Mais en réalité, l'histoire a l'air de mal se goupiller. La situation épidémiologique se corse. La faute à qui ? A quoi? Au variant Delta (indien), pardi. Le plus contagieux de tous. Mais pas que.

Au moins 1.000 infections détectées
Cette mutation du Sars-Cov2 se délecte du relâchement actuel de la population marocaine. Preuve par les chiffres. A la date du 4 juillet, 605 nouveaux cas ont été recensés. Pis, la veille, 951 citoyennes et citoyens ont été déclarés Covid+. Et quand bien même le nombre de cas en réanimation (246) n'est pas de nature à donner des sueurs froides aux plus pessimistes d’entre nous, il n'en reste pas moins qu'au rythme où vont les admissions quotidiennes en réanimation (34 cas dimanche), les perspectives d'avenir paraissent aussi incertaines que angoissantes. Surtout si au moins 1.000 infections au nouveau coronavirus sont recensées toutes les 48h, révélant un taux de positivité plus élevé que jamais (4,83%). Les 9.319 femmes et hommes dont les vies ont été foudroyées par ce satané virus depuis le début de l’épidémie dans le pays, un dimanche 1 mars 2020, auraient dû servir d’électrochoc, amenant les citoyennes et citoyens à reprendre leurs destins en main. En vain. Pour une grande majorité, choper le Sars-Cov2 “ça n’arrive qu’aux autres". Enfin, jusqu’au jour où il s'immisce dans les interstices de nos vies, en touchant un membre de notre famille. Mais si l’on attend d’en arriver là pour modifier nos comportements, il sera malheureusement trop tard. On ne peut pas non plus nier que l’atmosphère ne plaide guère pour une vigilance accrue et un strict respect des mesures sanitaires et autres gestes barrières.

Un faux sentiment d’invulnérabilité
D’abord, les allègements récemment consentis par l'exécutif alimentent un faux et dangereux sentiment d’invulnérabilité. Sentiment grandissant et qui se propage au sein de la société comme une traînée de poudre. Plus rapidement que le virus lui-même. Ensuite, les considérables et louables avancées enregistrées en termes de vaccination sont assimilées de travers. Ce n’est pas parce qu’un peu moins d’un tiers des Marocains sont vaccinés (9.162.460) que, forcément, le pays est sorti d’affaire. Les contre-exemples ne manquent pas. Aussi paradoxale que cela puisse paraître, plusieurs nations encensées pour leurs prouesses vaccinales sont aujourd’hui confrontées à une flambée de l’épidémie. Alimentée par le variant Delta, la hausse des cas au Royaume-Uni et en Israël, entre autres, est pour le moins surprenante. Un constat difficilement compréhensible que n’ont pas tardé à exploiter les opposants au vaccin pour dénoncer la présumée inefficacité de ces produits. La réalité est un peu plus nuancée.

50 personnes complètement immunisées sont décédées
Au Royaume-Uni comme en Israël, de nombreuses personnes contaminées par le variant Delta étaient vaccinées. Selon l’Agence sanitaire britannique, la Public Health England (PHE), parmi les 81.000 infections enregistrées du 14 au 21 juin, 66,4% d'entre elles n'avaient reçu aucune dose du vaccin anti-Covid. Plus important encore, 8,9% des contaminés possédaient une protection complète. Les conclusions du rapport confirment donc une protection des personnes immunisées contre la contamination. Idem pour les formes graves. Mais 9% de vaccinés contaminés est un chiffre qui a de quoi ébranler les certitudes les plus tenaces. D’autant que les morts se comptent en dizaines. Sur les 117 décès enregistrés sur ladite période et liés au variant indien, les autorités britanniques comptent 47 victimes non vaccinées, 20 vaccinées avec une dose et 50 complètement immunisées. Cela dit, il faut savoir raison garder et ne pas verser dans un alarmisme démesuré. “Pour une personne vaccinée, le risque de décès face au variant est réduit à moins d'un vingtième de sa valeur habituelle", a récemment expliqué dans la presse britannique, David John Spiegelhalter, statisticien et professeur de la compréhension publique des risques à l'Université de Cambridge. Une manière d’éteindre le débat enflammé sur l’efficacité des vaccins anti-Covid et notamment AstraZeneca (79% d’efficacité), un vaccin efficace, mais imparfait. 

​Trois nouveaux pays ajoutés à la liste B

Dans le cadre des mesures mises en place pour accompagner la reprise des voyages internationaux, et suite à la diffusion d’informations relatives à une mise à jour des conditions d’accès au territoire marocain, le Comité interministériel du suivi du Covid a annoncé, dimanche, qu’aucun pays n’a été ajouté à la liste A, alors que trois nouveaux pays ont été ajoutés à la liste B, à savoir l’Egypte, la Russie et la Tunisie. S’agissant des conditions d’accès, la validité des tests PCR pour les voyageurs de la liste A est de moins de 72 heures au lieu de 48h, a précisé le Comité dans un communiqué, ajoutant que les autres conditions relatives à la liste A sont toujours valables. Les voyageurs en provenance de la liste B sont, eux, appelés à fournir un test PCR négatif datant de moins de 48 heures, a souligné la même source. Les détenteurs d’un certificat attestant que la personne est vaccinée par un des vaccins acceptés au Maroc sont dispensés de la quarantaine. Les personnes non vaccinées ou incomplètement vaccinées en provenance de la liste B devront, quant à elles, observer une quarantaine contrôlée de 10 jours, à la charge des intéressés, dans les structures préalablement désignées par les autorités marocaines avec un test PCR de contrôle au 9ème jour. Ces conditions entreront en vigueur le mardi 6 juillet 2021 à 23H59, a conclu le communiqué.

C.C
Mardi 6 Juillet 2021

Lu 295 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS