Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le séisme politique a bel et bien eu lieu

Dysfonctionnements fatals pour une flopée de ministres, secrétaires d’Etat et autres hauts commis d’Etat




«C’est un vrai séisme politique ». C’est avec des mots forts que Mohamed Zineddine, professeur de droit constitutionnel à l’Université Hassan II à Casablanca a commenté la décision de S.M le Roi Mohammed VI de limoger trois ministres, un secrétaire d’Etat en fonction et le directeur général de l’ONEE et de ne plus confier de fonction officielle à cinq ex-ministres et à une ancienne secrétaire d’Etat  à cause des dysfonctionnements qui ont entaché le programme « Al Hoceima : Manarat Al Moutawassit».
Dans une déclaration, ce constitutionnaliste nous a précisé que cette décision Royale est conforme aux dispositions du premier article de la Constitution 2011 qui insiste sur les principes de bonne gouvernance et  la corrélation entre responsabilité et reddition des comptes dans la gestion de la chose publique.
Elle s’inscrit également dans le droit fil des discours Royaux prononcés à l’occasion de la fête du Trône et de l’ouverture de l’actuelle session parlementaire.
« Il s’agit de l’entame d’un processus d’application du principe de reddition des comptes par les responsables qui commettent des erreurs dans la gestion de la chose publique aux niveaux local, régional et national », a-t-il précisé.
En sus de cette sanction politique (limogeage des responsables), Mohamed Zineddine évoque également ce qu’il a appelé « une punition symbolique » vu que le communiqué du cabinet Royal rendu public mardi dernier a mis en avant le fait qu’aucune fonction officielle ne sera désormais plus confiée à certains responsables qui ont été épinglés par le rapport de la Cour des comptes que Driss Jettou a remis au Souverain.
Il convient de rappeler que le communiqué du cabinet Royal a précisé  que S.M le Roi « a chargé le chef du gouvernement de soumettre des propositions de nomination de nouveaux responsables dans les postes vacants ». Il s’agit des postes de ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, de ministre d’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville, de ministre de la Santé, du secrétariat d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, chargé de la formation professionnelle.
Selon Mohamed Zineddine, ce « séisme politique » aura une incidence politique sur le Parti du progrès et du socialisme dont le Secrétaire général a été désavoué. « La question qui se pose est la suivante : quelle sera la place de ce parti dans le gouvernement actuel?», s’est-il demandé. Et de préciser que la  sortie du PPS de l’Exécutif est fort probable et que le parti de l’Istiqlal qui vient de changer de direction lors de son dernier congrès national pourrait le remplacer.
Dans lequel cas, le PI pourrait assumer les quatre départements dont les titulaires ont été limogés (Habitat, Santé, Education et Formation professionnelle) en sus du ministère délégué des Affaires africaines dont le Souverain a annoncé la création dans le discours qu’il a prononcé lors de l’ouverture de la première session de la deuxième année législative de la 10ème législature.

T. Mourad
Jeudi 26 Octobre 2017

Lu 1106 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés