Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le romancier Ahmed Lamrini lauréat du Prix Mohamed Zafzaf du roman arabe




Le jury de la 7ème édition du Prix Mohamed Zafzaf du roman arabe a décidé à l'unanimité de décerner le prix 2018 au romancier marocain Ahmed Lamrini.
Dans un communiqué, la Fondation du Forum d'Assilah indique que la décision du jury a été prise à la suite de délibérations approfondies, de vastes consultations à propos d'un florilège de romans écrits par des écrivains du monde arabe, notamment du Maghreb, précisant que le jury a décidé d'attribuer le prix à un écrivain qui a pu, tout au long des 4 dernières décennies, enrichir la scène littéraire avec un répertoire diversifié, éclectique et persuasif, qui n'est autre qu'Ahmed Lamrini.
Le lauréat du Prix Mohamed Zafzaf du roman arabe 2018 est une figure de proue de la scène littéraire arabe contemporaine qui a réalisé, depuis les années 70 jusqu'à nos jours, une cinquantaine d'œuvres majeures dont des romans, des nouvelles, des poésies, des recherches académiques et des critiques littéraires.
Les textes narratifs d'Ahmed Lamrini, depuis son texte précurseur intitulé ''Le temps entre la naissance et le rêve'' (1976) jusqu'à sa dernière œuvre ''Au pays du Noun'' (2018), représentent des mutations fondamentales produisant des effets non négligeables sur l'expérience romancière marocaine contemporaine. Il s'agit d'une quête du renouvellement de la perception, du style, relève le communiqué.
Le jury a été conquis par les caractères esthétique et objectif remarquables des oeuvres du professeur Ahmed Lamrini, séduit par sa capacité à être à l'écoute du pouls de la société, de l'histoire, des transformations de la pensée, des croyances collectives, depuis l'époque de la colonisation jusqu'aux déceptions générées par la modernisation, à l'extrémisme religieux, depuis l'époque marquée par la résistance, la lutte nationale jusqu'aux expériences de l'exil, depuis les années jalonnées de rêves de la renaissance jusqu'à l'Intifada ou printemps arabe, autant de sujets construits de manière éloquente, persuasive, puisés dans les récits féconds sélectionnés, les points de vue suggérés contribuant à la diffusion de ses créations romancières, la grande valeur intellectuelle de ses oeuvres leur ayant valu d'être traduites vers des langues étrangères.
Les œuvres d'Ahmed Lamrini, qui englobent une vision esthétique et humaniste, marquent d'une pierre blanche les chemins empruntés par le roman arabe aujourd'hui eu égard à leurs valeurs artistique et intellectuelle mises au service de la culture arabe, contribuant à consacrer la compréhension entre l'Orient et l'Occident, le Nord et le Sud. Il s'agit des objectifs ayant motivé la création de la Fondation du Forum d'Assilah qui attribue le “Prix Mohamed Zefzaf du roman arabe”.

Samedi 23 Juin 2018

Lu 416 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.