Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le réalisateur Chrif Tribak livre ses réflexions sur les problématiques du discours cinématographique



Le réalisateur Chrif Tribak livre ses réflexions sur les problématiques du discours cinématographique
“Qu’est-ce que le cinéma? Ecrits et réflexions pour essayer de comprendre” est l’intitulé du nouvel ouvrage du réalisateur marocain, Mohamed Chrif Tribak, qui vient de paraître à la maison d’édition tangéroise “Sliki Ikhwan”.

Cet ouvrage, qui constitue la continuité de l’effort intellectuel critique que le réalisateur mène tout au long de l’exercice de son métier créatif, est présenté sous forme d’une étude émanant de son expérience et d’une lecture profonde de l’art du cinéma. “De la poésie à l’histoire”, “la réalité est le langage du cinéma”, “le film documentaire, une tentative de compréhension”, “le film classique comme plaisir absolu”, “la confrontation”, “Paterson: le haïku en forme cinématographique”, “être ou ne pas être”, “la cassette audio” et “de la sortie des ouvriers de l’usine au selfie”, sont les axes sur lesquels ont été réparties les réflexions de l’auteur au sujet des problèmes persistants et les problèmes renouvelés que soulève le discours cinématographique.

La chercheuse, Jamila Aânab, a indiqué, dans la préface de l’ouvrage intitulée “Mohamed Chrif Tribak: la conscience du moi cinématographique”, que la préoccupation du réalisateur et critique quant à l’image en général, et le cinéma en particulier, est encadrée par le cinéma non seulement en tant que reflet artistique de la pensée, mais également comme mécanisme de production de nouveaux cycles intellectuels et créatifs qui ne se limitent pas à un modèle esthétique fixe. Selon le réalisateur, le cinéma nous pousse à changer notre vision de la vie, nous aide à redécouvrir, éduquer et renouveler les sens, tout en rendant les détails qui nous entourent moins triviaux pour nous permettre de redécouvrir et profiter des choses qui semblaient normales et éphémères, a expliqué la chercheuse.

Cet ouvrage peut être considéré comme un récit du “moi cinématographique” ou une sorte de “méta-lecture” du cinéma, tout comme il peut être vu comme une sorte de “biographie mentale” dans laquelle l’auteur a retracé des étapes de son expérience cinématographique, révélant ainsi ses références intellectuelles, culturelles et artistiques. Chrif Tribak avait émis en 2017, dans le cadre des publications de l’association cinéclub de Sidi Kacem, “La langue du cinéma, du spectaculaire à l’austérité poétique”, qui comprend un ensemble d’articles critiques traitant différents angles de l’industrie créative du film. Né à Larache, Mohamed Chrif Tribak a réalisé un ensemble de courts métrages et deux longs métrages à savoir “petits bonheurs” et “le temps des camarades”, en plus de nombre d’oeuvres télévisées.

Libé
Vendredi 28 Mai 2021

Lu 585 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS