Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le quotidien des citoyens, pierre angulaire des questions des Groupes socialistes au Parlement


Le Groupe socialiste, aussi bien de la Chambre des représentants que de la Chambre des conseillers, continue d'exercer ses fonctions de contrôle de l’action du gouvernement, en l’interpellant via des questions écrites et orales sur les problèmes économiques et sociaux vitaux des citoyens. Ainsi, le nouveau parlementaire ittihadi Hamid Noughou a adressé une question orale au ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, sur les souffrances des habitants des zones montagneuses et rurales en hiver. Dans ce cadre, il a souligné que ces habitants vivent dans une situation très difficile, en raison de la vague de froid intense accompagnée dans certains endroits de chutes de neige, sachant que la température atteint moins sept degrés dans certaines régions. Le député socialiste, représentant la province d’Errachidia, a affirmé que la pénurie fourragère a accru la souffrance de la population, d’autant que l'élevage est l'une des activités les plus importantes dans ces zones, en plus de la difficulté d'accès au bois de chauffage vu son prix élevé. Pour cela, Hamid Noughou a appelé le ministre de l’Intérieur à clarifier les mesures que son département entend prendre pour alléger la souffrance des habitants de ces zones. Hamid Noughou a également adressé une question, cette fois écrite, au ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, dans laquelle il l’interpelle sur l'absence d'un médecin permanent au Centre Lalla Meryem pour personnes atteintes d’insuffisance rénale dans la ville de Rissani. Il a rappelé que ce centre a commencé en juillet 2019 à accueillir des patients, tout en soulignant que c’est l’Association Basma qui l’a construit et équipé en partenariat avec le ministère de la Santé. Cependant, depuis lors, a ajouté le député ittihadi, le centre ne dispose pas d’un médecin spécialisé, même si l'association avait reçu une décision à ce sujet depuis 2018, ce qui affecte négativement la santé des patients et le fonctionnement normal du centre. Pour sa part, le président du Groupe socialiste à la Chambre des représentants, Choukrane Amam, a adressé une question orale à Aziz Akhnnouch, ministre de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural, des Eaux et Forêts, sur la réapparition de l'épidémie de la grippe aviaire au Maroc. Le député ittihadi a indiqué que les éleveurs de volailles et les professionnels du secteur ont exprimé leur inquiétude quant à la réapparition de cette épidémie suite à sa propagation dans certains pays européens, soulignant qu’ils ont peur de la répétition du scénario de 2016, année durant laquelle plusieurs sociétés dans ce domaine ont fait faillite. Choukrane Amam a ajouté que le secteur souffre encore des répercussions de la crise sanitaire du Covid-19 qui a frappé le Maroc. Pour cela, le président du Groupe socialiste a demandé au ministre de tutelle de clarifier les mesures préventives que son département compte prendre pour protéger ce secteur. Une autre question orale a été adressée par Choukrane Amam à Khaled Aït Taleb, ministre de la Santé, sur la disparition de certains médicaments du circuit des pharmacies et ses effets sur la vie des patients, mettant en garde contre le fait que « les pharmacies ne disposent plus depuis des semaines du médicament Minirin Spray 10 µg, solution endonasale en flacon, ce qui aurait un impact direct sur la santé des patients, notamment ceux qui l'utilisent en permanence ». Dans ce sens, le président du Groupe socialiste a affirmé qu’au moment où les patients attendent des solutions alternatives, ils ont été surpris par le silence assourdissant qui accompagne la disparition de ce médicament essentiel du marché. Pour sa part, la députée ittihadie Saadia Bensahli a adressé une question orale à la ministre de la Solidarité, du Développement social, de l'Egalité et de la Famille sur le sort des sans-abri durant la crise sanitaire du Covid-19. Elle a souligné que ce phénomène dangereux montre les limites des politiques publiques en matière de protection sociale de cette catégorie. La députée socialiste a ajouté que ce phénomène se développe de jour en jour et touche les enfants, les femmes et les personnes âgées, et ce qui est grave, c’est qu’il engendre d'autres phénomènes sociaux comme la violence et la criminalité, soulignant qu’il est urgent de mettre en place une véritable protection sociale et une prise en charge en faveur de cette catégorie. Hanane Rihab, membre du Groupe socialiste à la Chambre des représentants, a, quant à elle, interpellé le ministre de la Santé sur la situation de l’hôpital Al Idrissi de Kénitra. Dans une question écrite destinée à Khaled Aït Taleb, la députée ittihadie a affirmé que cet hôpital souffre de surpopulation et de faiblesse au niveau de sa capacité d’accueil, alors que la ville de Kénitra et ses environs abritent une population dépassant les 600.000 personnes. Elle a ajouté que «le ministère de la Santé a décidé, dans le cadre du plan intégré de développement de la région de Kénitra, dont les accords ont été signés devant S.M le Roi Mohammed VI, de construire un grand hôpital près de celui d’Al Idrissi, mais qu’un retard significatif dans l'achèvement des travaux de construction a été observé depuis 2015». Hanane Rihab a demandé à Khaled Aït Taleb d'expliquer les raisons de ce retard et d’annoncer la date d’achèvement desdits travaux. Lors d’une intervention à la Chambre des conseillers, le président du Groupe socialiste, Abdelhamid Fatihi, a attiré l’attention du gouvernement sur la situation de certaines catégories sociales oubliées tels les gardiens des immeubles des quartiers Agdal et Hay Riyad, à Rabat. Abdelhamid Fatihi a affirmé que ces personnes souffrent de plusieurs problèmes sociaux, soulignant que «le principal objectif de poser cette question au ministre de tutelle est de savoir comment les dispositions du Code du travail peuvent encadrer la relation entre ces gardiens (employés) et les employeurs (dans ce cas les habitants d’un immeuble) ». Il a ajouté que l’affiliation à la CNSS est une condition sine qua non pour garantir le respect de la dignité de cette catégorie sociale. Pour cette raison, l'Association Amal d’Agdal (Rabat), a salué, au nom des gardiens des immeubles des quartiers Agdal et Hay Riyad, Abdelhamid Fatihi, pour son intervention «précieuse à la Chambre des conseillers dans laquelle il a soulevé les multiples problèmes sociaux dont souffrent les gardiens des immeubles». 

H.T
Mercredi 27 Janvier 2021

Lu 731 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Septembre 2021 - 20:01 Alger en perte d’altitude

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Dans la boutique

Flux RSS