Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le poste frontalier mauritano-algérien déserté par les camionneurs des deux pays




Le récent passage de 47 camions algériens se rendant à la foire de Nouakchott par le nouveau poste frontalier mauritano-algérien a constitué un test pratique pour ce dernier. Ce fut, en quelque sorte, une sorte d’«étude pratique de faisabilité» qui a confirmé que ce passage très coûteux est loin d’être viable. Il a suffi de trois mois pour se rendre compte de cette réalité et abandonner ce passage dont la réalisation a fait couler beaucoup d’encre et surtout beaucoup de pétrodollars algériens.

Quelques semaines, seulement après le sit-in des commerçants du Polisario qui protestaient contre les droits de douane imposés par les autorités mauritaniennes, voici venu le temps pour les camionneurs algériens de faire de même. Mais cette fois c’est contre la cherté du prix du gasoil en Mauritanie qu’ils le firent. Ces camionneurs algériens ont vivement protesté à quelques encablures du passage frontalier pour exiger qu’on leur applique, au niveau des cinq stations-service mauritaniennes où ils s’approvisionnent en route, les mêmes tarifs du gasoil que ceux pratiqués en Algérie. Ils ont adressé des correspondances dans ce sens aux représentations du commerce et
des transports à Tindouf, et à leur ministère du Commerce à Alger, mais ils se trouvent aujourd’hui pris entre le marteau et l’enclume. D’une part, les autorités mauritaniennes assurent qu’elles ne peuvent rien faire concernant les prix à la pompe, gérés soit dit en passant par des sociétés privées dont certaines appartenant à des multinationales comme Total et, d’autre part, les autorités algériennes refusent à leurs camionneurs de transporter des stocks de gasoil
acheté en Algérie à bas prix pour éviter une sortie massive de ce carburant subventionné localement qui pourrait alimenter la contrebande en Mauritanie.

Selon des informations rapportées il y a quelques jours par le site arabophone mauritanien anbaa.Info, et reprises par d’autres médias de ce pays, les activités, au niveau de ce poste frontalier connaissent un arrêt total qui met au chômage le personnel de ce passage récemment ouvert entre les deux pays. Citant des sources médiatiques algériennes, ledit site écrit: «Selon nos sources, les exportateurs algériens ont arrêté d’acheminer leurs marchandises vers la Mauritanie à travers ce lieu de passage terrestre ouvert il y a environ deux mois. Ces sources ont souligné que cet arrêt concerne principalement l’acheminement de certains produits comme les pommes de terre, les tomates, les dattes et les médicaments, qui font face à une concurrence féroce des produits marocains écoulés sur les marchés mauritaniens à des prix plus intéressants».

Certains commerçants mauritaniens habitués à s’approvisionner auprès des fournisseurs marocains avec lesquels ils commercent depuis plusieurs années se sont montré ravis par le mécontentement des Algériens et leur intention de mettre fin à leurs transactions avec le territoire
mauritanien.
 

Ahmadou El-Katab
Lundi 19 Novembre 2018

Lu 373 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés