Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le photographe Youness Miloudi et ses “Last Tribes” à Paris




Le déplacement à Paris n’est pas un moment de loisirs. La thématique abordée n’est ni locale ni régionale. La rencontre de l’autre est désormais le point focal de toutes les recherches scientifiques, mais aussi culturelles et artistiques. La photographie a donc son mot à dire sur la question. 
De Marrakech à Paris … le voyage vaut bien la peine, la cause étant noble. Aller à la rencontre de l’autre, certes, mais aussi pour présenter un travail d’une autre rencontre. Le photographe marocain Youness Miloudi entend ainsi faire montre du fruit de sa longue recherche. Une philosophie qu’il veut bien maintenir et capitaliser : Aller vers l’autre ! 
Les photos seront accrochées à l’intérieur du café le 25° Est, qui a l’habitude d’abriter ce genre de manifestations artistiques, puisqu’il sert souvent de galerie  aux toiles et œuvres d’art. Les clichés de Miloudi bénéficieront également de l’espace extérieur, notamment sous les arcades du café, en face du bassin de la Villette, qui attire beaucoup de promeneurs de différentes nationalités en cette belle saison estivale.
Il s’agit ainsi d’un partage d’une expérience artistique, mais surtout humaine : aller à la rencontre des dernières tribus. Un souffle ethno-documentaire se reflète sur des clichés exposés jusqu’au 22 septembre à Paris, et pas n’importe où, c’est sur la place historique de la capitale française.
Le lieu est hautement symbolique. L’on n’oublie pas encore la sémantique que dégage la place Stalingrad, située au cœur du 19e Arrondissement parisien. La place qui vibre aujourd’hui au rythme des arts et des rencontres humaines de différentes horizons, a pris le nom de l’une des plus célèbres batailles de la Seconde Guerre mondiale : Stalingrad… une ville mémorielle et symbolique. Lieu de brassage des nationalités, de ces migrants qui semblent clamer : « Nous sommes là, n’oubliez pas, nous vivons ici, et nous devons tous vivre ensemble en paix …». Les premiers visages  sont vivants, mais viennent les autres, ceux immortalisés par Youness Miloudi, lors de ses périples artistiques. 


M.E
Lundi 7 Août 2017

Lu 640 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.