Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le mystère de la 11ème dose d’AstraZeneca reste entier

Contraintes logistiques, coût hypothétique et formation spécifique


Jusqu’à présent, la campagne de vaccination est lancée sur de bons rails. Au moment où l’on écrit ses lignes, 200.081 personnes ont été vaccinées selon le ministère de la Santé, en privilégiant, bien évidemment, les seniors, le corps enseignant et le personnel soignant âgés de plus de 40 ans ainsi que les autorités publiques. Mais comme il était écrit que rien ne se fera sans accroc en cette tumultueuse période de crise sanitaire, un bémol pointe le bout de son nez. Si la fiche technique publiée par le ministère de la Santé indique que le vaccin Astrazeneca, à la différence de celui de Sinopharm, a été livré en flacons multi-doses, contenant une dizaine chacun, il semblerait que le compte n’y soit pas, ou plutôt qu’il y ait un surplus dans chaque flacon. D’après des professionnels de la santé, des flacons du vaccin d’AstraZeneca contiendraient une onzième dose. Cette information qui circule dans les milieux hospitaliers depuis le lancement de la campagne de vaccination, vendredi dernier, a été confirmée à « Médias24 » par une source au sein du ministère de la Santé. Ce dernier a révélé par la même occasion que la présence d’une dose supplémentaire dans le flacon était somme toute « normale ». En réalité, elle correspondrait à une dose de sécurité ajoutée par le fabricant d’AstraZenenca, le Serum Institute of India, plus grand producteur mondial de vaccins. En principe cette hypothétique dose providentielle, en ces temps de grosses tensions d’approvisionnement, offre la possibilité, avec la même quantité de vaccin, de piquer davantage de monde. Sauf que ce n’est pas aussi simple que cela. Dans un souci logistique, les autorités sanitaires auraient explicitement ordonné aux centres de vaccination de ne pas utiliser cette désormais fameuse 11ème dose. Pour certains médecins, cela s’apparente à un gâchis. Mais en même temps, il semblerait que ce ne soit pas une mince affaire d’extraire ce rab de vaccin tombé du ciel. Cela dit, une volte-face du ministère de la Santé n’est pas à exclure. Surtout si le Maroc vit l’amère expérience par laquelle sont passés les Etats européens, victimes d’un tour de passe-passe des laboratoires Pfizer-BioNTech. En effet, les labos américain et allemand ont trouvé le moyen d’amputer de 20% les livraisons de flacons de leur vaccin aux Etats membres de l’UE, au motif qu’il est possible d’en tirer une sixième dose. Une manière de réduire leurs livraisons tout en accroissant leurs revenus. Mais en parallèle, l’affaire a compliqué encore plus la logistique des campagnes de vaccination. Et pour cause, cette sixième dose est souvent très difficile à extraire. Pour récupérer ce surplus, il faut un savoir-faire et donc une formation particulière des soignants, en plus de bonnes aiguilles. Sans oublier que cela ôte aux médecins tout droit à l’erreur. Tout a commencé dès fin décembre lorsque l’hebdomadaire allemand Der Spiegel a révélé que le partenaire de Pfizer, BioNTech, a demandé au régulateur européen de modifier les conditions d’approbation, afin que les médecins puissent utiliser l’excès de produit dans les flacons pour prélever une sixième dose, au-delà des cinq prévues initialement. Or, à l’époque, il n’était en aucun cas question de faire payer cette éventuelle sixième dose aux Etats européens, qui étaient donc dans le même cas que celui du Maroc aujourd’hui avec AstraZeneca. Mais dès le 8 janvier, le vent a commencé à souffler dans le mauvais sens. L’Agence européenne des médicaments a donné gain de cause aux laboratoires, estimant qu’on peut extraire une sixième dose d’un flacon du vaccin. Si de nombreuses voix se sont élevées pour célébrer la bonne nouvelle, elles ont vite déchanté, puisque la sixième dose ne profitera nullement aux Etats membres. Les laboratoires ayant ajusté le volume des livraisons à la nouvelle donne, en prétextant : « Puisqu’on peut vacciner plus avec un flacon, selon les autorités européennes, Pfizer livrera moins de flacons aux pays européens». Le temps que les Etats de l’UE se rendent compte de la gravité de la situation, il était trop tard pour intenter quelque action que ce soit, d’autant que, juridiquement, Pfizer assure être dans les clous. «Les commandes passées par les Etats auprès de Pfizer ont toujours été basées sur un nombre total de doses et non de flacons », a assuré une porte-parole du labo américain qui, habilement, a fait savoir que ces flacons économisés seraient utilisés pour les pays en voie de développement. Mais en théorie, le labo pourrait les revendre ailleurs comme bon lui semble. A la lumière de ces éléments, une question s’impose : quid des termes du contrat signé entre le Maroc et AstraZeneca ? Y mentionne t-on les termes flacons ou doses ? L’avenir nous le dira certainement. En tout cas, une chose est sûre : en période de pandémie, les labos mènent la danse et ils sont loin d’être des entreprises philanthropiques. 

Chady Chaabi
Mardi 2 Février 2021

Lu 1298 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS