Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le mouvement de mutation dans sa nouvelle conception aura-t-il l’heur de plaire aux enseignants ?


L’opération a été organisée au début de l’année scolaire et non à la veille de la rentrée des classes



C’est une première dans l’histoire de l’enseignement au Maroc. Le ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique vient d’annoncer les résultats du mouvement national de mutation du corps enseignant au titre de l’année 2018-2019. 
Selon un communiqué de presse, 24.235 enseignants ont bénéficié de ce mouvement. 14.631 enseignants au primaire dont 84 spécialisés en langue amazighe, 5069 enseignants du secondaire collégial et 4535 enseignants des établissements secondaires qualifiants et techniques ont bénéficié de cette opération.
Quant aux demandes de rapprochement du conjoint, la même source a souligné que 6376 enseignants et enseignantes en ont bénéficié dont 4279 au primaire, 938 au secondaire collégial et 1159 enseignants du secondaire qualifiant et technique.
Le ministère a également annoncé que les requérants qui se sentiraient lésés pourraient  déposer leurs requêtes auprès des Académies régionales de l’éducation et de la formation (AREF) sous 7 jours à compter de la date de publication de ces résultats. Lesquelles AREF  sont tenues de les transmettre au service qui en a la charge auprès de la Direction des ressources humaines et de la formation des cadres dans un délai ne dépassant pas le 15 janvier prochain.
« En tant que syndicat, nous n’avons reçu, jusqu’ici, aucune plainte ni eu vent d’aucune critique concernant les résultats de ce mouvement », nous a déclaré Bachir El Jabri, membre du bureau national du Syndicat national de l’enseignement affilié à la FDT (SNE-FDT) affirmant qu’il faudrait attendre le début de la semaine pour connaître les réactions des personnes lésées.
Selon lui, cette approche du mouvement de mutation initiée par l’ancien ministre, Mohamed Hassad, permettra aux enseignants d’être fixés sur leurs nouveaux postes avant la fin de l’année scolaire. Elle permettra également au ministère de connaître ses besoins en termes de ressources humaines et de formation. 
En effet, au début de l’année prochaine, le ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique organisera un concours de recrutement d’enseignants contractuels. Entre  février et juillet, il leur dispensera la formation nécessaire à l’exercice de leurs fonctions.
Il convient de rappeler que 23.143 enseignants du public en avaient bénéficié au titre de l'année 2017-2018 et que 20.798 autres enseignants ont été affectés aux  lieux qu'ils ont sollicités, tandis que les 2.345 cas restants seront traités au niveau des AREF en fonction des postes vacants et des requêtes, faisant observer que 98% des demandes de rapprochement du conjoint ont été acceptées.  
T. M

Libé
Lundi 25 Décembre 2017

Lu 956 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés