Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le ministère de la Santé met à jour son protocole de prise en charge des personnes atteintes de coronavirus




Le ministère de la Santé vient de mettre à jour le protocole de prise en charge des cas d'infection au coronavirus dans le but de réduire le délai de traitement et d'améliorer les conditions de prise en charge des cas infectés.

"Compte tenu de la situation épidémiologique nationale actuelle de Covid-19 et conformément aux recommandations du comité technique et scientifique consultatif de la prévention et du contrôle de la grippe et des IRA, le protocole de prise en charge des cas d'infection au SARS-CoV-2 a été actualisé", indique le ministère dans une circulaire adressée aux directeurs des Centres hospitalo-universitaires.

L'objectif de cette mise à jour est, d'une part, réduire le délai de prise en charge en démarrant le traitement le plus rapidement possible et, d'autre part, améliorer les conditions de prise en charge des cas, explique le ministère notant que le protocole révisé comprend notamment une mise à jour des définitions des cas d'infection au SARS-CoV-2 et de Covid-19 et du protocole de prise en charge.

D'après ce nouveau protocole, un cas suspect est toute personne présentant des signes d'infection respiratoire aiguë (toux, mal de gorge, difficulté respiratoire...) avec ou sans fièvre, ou une fièvre supérieure ou égale à 38°C non expliquée par une autre étiologie évidente, accompagnée, de myalgies ou de céphalées, ou bien une infection respiratoire aiguë sévère nécessitant une hospitalisation.

Pour les cas probables, le ministère précise qu'il s'agit de tout cas suspect avec un des trois critères suivants, à savoir un contexte épidémiologique évocateur, des images à la TDM très évocatrices de Covid19 ou toute personne présentant brutalement et sans étiologie évidente un des deux signes cliniques très en faveur d'une infection au SARS-CoV-2, à savoir la perte de l'odorat ou du goût.

Est également considéré "cas possible", tout décès sans cause évidente, survenu après un syndrome de détresse respiratoire et ayant été en contact avec un cas probable ou confirmé ou ayant un lien épidémiologique avec un cluster, poursuit le ministère. La circulaire relève également qu'un cas confirmé est toute personne chez qui une infection au SARS-CoV-2 a été confirmée par une technique de diagnostic moléculaire (RT-PCR ou autre technique assimilée).

S'agissant du principe de base pour le traitement, le ministère indique que, pour tous les cas nécessitant une prise en charge thérapeutique, le traitement doit être prescrit conformément au protocole recommandé, ajoutant que le traitement doit être démarré le plus rapidement possible, sans confirmation virologique pour les cas probables et avant réception du résultat de la PCR pour les contacts présentant des comorbidités. Selon ce protocole, attendre le résultat du RT-PCR pour démarrer le traitement ne fait qu'augmenter le risque de complications et la probabilité du décès et prolonger la durée de propagation du virus.

Concernant le protocole thérapeutique, le ministère relève qu'un bilan pré-thérapeutique, comportant notamment un ECG, doit être fait au préalable pour éliminer toute contre-indication au traitement. Les cas asymptomatiques sont mis sous traitement de première intention pendant une durée de 7 jours, avec un isolement d'une durée totale de 14 jours, fait observer la même source. S'agissant des cas symptomatiques, ils sont mis sous traitement de première intention pendant une durée de 10 jours, avec un isolement d'une durée totale de 14 jours. La durée du traitement peut être prolongée de 5 jours, avant d'envisager le traitement de 2ème intention. Pour les modalités de prise en charge, le protocole indique que les cas asymptomatiques ou symptomatiques bénins, sans aucun facteur de risque, sont pris en charge à domicile, notant qu'un suivi régulier de l'état de santé doit être assuré par le centre de santé de proximité afin de détecter précocement tout signe d'aggravation ou effet indésirable du traitement.

Par ailleurs, les cas asymptomatiques ou symptomatiques bénins avec un ou plusieurs facteurs de risque, les cas modérés, sévères ou critiques et les cas bénins initialement pris en charge à domicile et n'ayant montré aucune amélioration pendant les 10 jours de traitement sont pris en charge en milieu hospitalier.

En ce qui concerne les critères de guérison, le protocole relève que pour un cas asymptomatique, la guérison ne peut être évoquée qu'à l'issue des 07 jours de traitement, sans l'apparition du moindre symptôme évocateur de la maladie. Pour un cas symptomatique, la guérison est déclarée à l'issue de la période du traitement de 10 jours, avec l'absence de tout signe clinique et apyrexie pendant 3 jours consécutifs.

Report de l’enseignement présentiel à Sidi Yahia El Gharb

L'enseignement présentiel à Sidi Yahia El Gharb sera reporté dans les différents établissements scolaires relevant de cette ville, et ce jusqu'à ce que la situation épidémiologique liée à la pandémie de Covid-19 s'améliore, a annoncé samedi à la MAP une source de la direction provinciale du ministère de l’Education nationale à Sidi Slimane.

Il a été décidé de reporter l'enseignement présentiel et d'adopter l’enseignement à distance pour l'ensemble des niveaux scolaires au titre de l'année scolaire qui va débuter ce lundi, indique la même source relevant que cette décision intervient suite à l'apparition d'un foyer épidémique dans la zone industrielle "Atlantic Free Zone".

Cette mesure concerne plus de 8.000 élèves dans l'ensemble des établissements scolaires publics et privés, tous niveaux confondus, conclut la même source.

Interpellation d' un Américain à Salé

Les éléments du service préfectoral de la police judiciaire de Salé ont interpellé, samedi, un ressortissant américain d'origine marocaine pour son implication présumée dans une affaire de menace à l'aide d'une arme à feu et ivresse manifeste.

Dans un communiqué, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) indique que le prévenu, âgé de 50 ans, a été interpellé suite à une plainte déposée par un individu qui l'accuse de menace à l'aide d'une arme à feu, ajoutant que les recherches et investigations ont permis d'interpeller le mis en cause qui était dans un état d'ivresse avancé. Les perquisitions effectuées au domicile des parents du prévenu à "Laayayda" à Salé ont permis de saisir un pistolet de petit calibre, quatre cartouches et six balles métalliques, selon la même source.

Libé
Dimanche 6 Septembre 2020

Lu 732 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.