Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le long calvaire des gitans de Mijek

Hamoudy Bouchraya et sa famille continuent de vivre à sept dans une vieille voiture




Si les gitans ou ceux qu’on appelle les gens du voyage, sillonnent l’Europe où ils vivotent d’une année à l’autre de petits larcins leur permettant de faire marcher les roulottes à bord desquelles ils vivent et se déplacent, la famille de Bouchraya qui compte 7 membres et  se compare à ces gitans, n’a qu’une voiture en guise de toit.
Dans un nouvel appel lancé à travers  Whatsapp, Hamady Bouchraya Salah dément ce que la direction du Polisario a propagé le concernant et demande une intervention d’où qu’elle vienne à même de lui permetter  d’avoir le statut de réfugié que lui garantiraient toutes les conventions internationales. Il a rappelé que la version donnée par le Polisario et qui le désigne comme orpailleur est sans fondement, qu’il n’a jamais été chercheur d’or et qu’il observe un sit-in à bord de la voiture dans laquelle il vit avec sa femme et leur cinq enfants (Salek 15 ans, Aminatou 12 ans, Khadijatou 10 ans, Mohamed 8 ans handicapé, épileptique  et  sourd-muet et Khaoula 1 an).
Dans un enregistrement vocal qu’il a envoyé via Whatsapp, Hamady Bouchraya  qui a déclaré  que la MINURSO ne lui a accordé aucune importance, se bornant à parler avec la direction du Polisario. Et d’expliquer : « Celui-ci ne me représente pas et si je suis venu dans la zone de Mijek, c’est parce qu’il y a un poste de la MINURSO auquel j’ai pu accéder malgré les restrictions de la direction du Polisario  et aux responsables à qui  j’ai expliqué mes problèmes avant de demander leur intervention en leur disant qu’à l’instar de tous les Sahraouis nous souffrons et cherchons secours. »
 Hamady Bouchraya a également  insisté sur le fait que son message ne doit être déformé par quiconque et affirmé qu’il est prêt à rencontrer  toute personne qui viendrait le voir.  Il demande  à bénéficier du statut de réfugié pour fuir la famine et la pauvreté qu’il endure avec les siens et tous les Sahraouis des camps de Tindouf vu les conditions de vie qui leur sont imposées par le Polisario et qu’ils diront leur mot le moment venu.

A.E.K
Mardi 19 Février 2019

Lu 536 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com