Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le développement des relations entre Rabat et Madrid suscite l’intérêt des médias espagnols

Le gouvernement Sánchez doit assumer ses responsabilités et engager un véritable dialogue stratégique avec son voisin du Sud


Le développement des relations entre Rabat et Madrid suscite l’intérêt des médias espagnols
Après avoir consacré une partie du discours Royal, prononcé à l’occasion de la Révolution du Roi et du peuple, aux relations maroco-espagnoles, S.M le Roi Mohammed VI a récemment adressé un message de vœux et de félicitations au Roi Felipe VI d’Espagne et à la Reine Letizia, à l’occasion de la fête nationale de leur pays.

Dans ce message, S.M le Roi a exprimé Sa grande satisfaction des liens d’amitié solides unissant les deux familles royales et des relations privilégiées marquées par la coopération fructueuse et l’estime mutuelle existant entre les Royaumes du Maroc et d’Espagne, réitérant Sa détermination à poursuivre l’action commune pour les hisser au niveau des aspirations et des ambitions des deux peuples amis.

Les médias espagnols ont accordé une importance particulière à cette volonté de S.M le Roi d’inaugurer «une étape inédite» dans les relations avec l'Espagne qui devrait «reposer sur la confiance, la transparence, la considération mutuelle et le respect des engagements».

Le journal électronique espagnol «El Confidencial» a notamment évoqué «les excellentes relations qui unissent Rabat et Madrid» et a tenu à rappeler qu’il s’agit de la première lettre envoyée par S.M le Roi Mohammed VI au Roi d’Espagne après la crise survenue, le 21 avril dernier, entre les deux pays à la suite de l'hospitalisation sur le territoire espagnol du chef des séparatistes, Brahim Ghali.

Le quotidien «La Razón» a, quant à lui, estimé que S.M le Roi a fait un grand geste en faveur de la reconstruction des relations diplomatiques avec l'Espagne et s’est demandé: «Qu’attend Pedro Sánchez pour visiter le Maroc ?». Et d’ajouter : «Le président du gouvernement espagnol ne semble engager, pour l’instant, aucune démarche pour réagir en conséquence et n’a toujours pas prévu de visite au Maroc».

«Ce qui signifie une perte d'opportunités et de compétitivité pour l'économie espagnole», explique le journal espagnol qui évoque également les dernières prévisions du FMI concernant le Maroc.

«Après une baisse de 6,3% du PIB en 2020, le FMI prévoit une vigoureuse reprise de 5,7% d'ici la fin de l’année avec un taux d'inflation de 1,4%. Dans ses précédentes prévisions, l'institution financière ne prévoyait que 4,5%. Ce qui veut dire qu'entre les deux prévisions, il s'est passé quelque chose d'assez important qui a ajouté au pays une croissance de 1,2%», souligne-t-on, avant de rappeler que le Maroc a, jusqu’en août dernier, connu une augmentation considérable des investissements directs étrangers estimée à 16% et des transferts MRE qui ont atteint environ 46% sur la même période. En plus du niveau confortable des réserves de devises qui représentent actuellement 7 mois d'importations. 

Nos confrères de «La Razón» estiment que tout cela «représente une grande opportunité pour l’Espagne qui est restée le principal partenaire commercial du Maroc au cours de l'année écoulée, représentant 28,4% des échanges réalisés par le Royaume avec l'UE, pour une valeur estimée à 144,4 milliards de dirhams».

Ils précisent également que, selon l'annuaire d'entreprises ICEX, 350 entreprises espagnoles sont présentes au Maroc, des succursales bancaires aux sociétés énergétiques, en passant par les cabinets d'avocats et les entreprises agricoles.

«Il existe également 781 sociétés espagnoles détenant plus de 10% du capital des sociétés de droit marocain et 674 sociétés de droit marocain qui sont des filiales de sociétés espagnoles, propriétaires de plus de 50% de leur capital» , ajoutent les journalistes du quotidien espagnol, avant de souligner que l’Espagne, «principal partenaire du Maroc, doit tenir compte de ces chiffres». «Le gouvernement Sánchez doit assumer ses responsabilités et engager un véritable dialogue stratégique avec son voisin du sud», concluent-ils.

Mehdi Ouassat

Libé
Jeudi 14 Octobre 2021

Lu 648 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS