Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le déficit commercial s’allège à fin février



Une baisse des exportations moins importante que celle des importations



Le déficit commercial s’est allégé au terme du mois de février 2021. Selon les chiffres publiés récemment par l’Office des charges, sur les deux premiers mois de l’année en cours, il s’est situé à 24,94 milliards de dirhams (MMDH). Ce résultat s’explique par la baisse des exportations de 2,5% (1,2Md DH) moins importante que celle des importations (-6Mds DH ou -7,4%), a souligné l’Office dans son bulletin sur les indicateurs des échanges extérieurs du mois de février 2021. Soulignons que « la baisse des importations de biens fait suite au recul des achats de la majorité des groupes de produits, en l’occurrence, des produits énergétiques (- 3.463MDH), des biens d’équipement (-1.430MDH), des demi-produits (-1.399MDH) et des produits alimentaires (- 232MDH) ». Il faut toutefois préciser que cette baisse est atténuée par la hausse des achats des produits finis de consommation (+351MDH) et des produits bruts (+189MDH), comme le relève l’Office dans son bulletin. La même source explique que l’allègement de 28,8% de la facture énergétique à fin février 2021 résulte de la baisse des approvisionnements en gas-oils et fuel-oil (-2.281MDH) due au recul des prix de 23,1%, conjugué à la baisse de 19,6% des quantités importées (913mT à fin février 2021 contre 1.136mT à fin février 2020). L’analyse des données recueillies montrent en outre que les approvisionnements en biens d’équipement et en demi-produits ont accusé des baisses respectives de 6,9% et de 8,1% durant la même période. Il est à souligner que la part de ces deux groupes de produits s’est stabilisée à 47,4% dans le total des importations, a fait savoir l’Office. S’agissant des importations des produits finis de consommation, elles se sont inscrites en légère hausse de 1,9%, passant ainsi de 18.116MDH à fin février 2020 à 18.467MDH à fin février 2021 ; suite essentiellement, à la hausse des achats des parties et pièces pour voitures de tourisme (+21,9%) et à ceux des voitures de tourisme (+21,3%). En ce qui concerne les exportations (qui se sont établis à 49.620MDH contre 50.867MDH un an auparavant), leur recul a touché principalement les ventes du textile et cuir et celles de l’aéronautique et dans une moindre mesure celles de l’agriculture et agro-alimentaire. A ce propos, l’Office précise que les exportations du secteur textile et cuir se sont établis à 5.095MDH à fin février 2021 contre 6.176MDH une année auparavant soit -17,5% ou - 1.081MDH. D’après l’Office des changes, « cette évolution s’explique, principalement, par le recul des ventes des vêtements confectionnés (- 18% ou -685MDH) et celles des chaussures (-29,6% ou - 186MDH). La part de ce secteur dans le total des exportations perd 1,8 point (10,3% à fin février 2021 contre 12,1% à fin février 2020). Signalons toutefois que la baisse des exportations a été atténuée essentiellement par la hausse des ventes du secteur automobile et celles des phosphates et dérivés, peut-on lire. Ainsi que l’a relevé l’Office dans son bulletin de février dernier, «les exportations de l’automobile affichent une hausse de 4,1% à fin février 2021» provenant, principalement, de l’accroissement des ventes du segment «construction» de 8,6%, soit +505MDH. Il faut cependant souligner que cette hausse a été ralentie par les ventes du segment «câblage» et du segment «intérieur véhicules et sièges» dont les ventes ont baissé respectivement de 3,7% et 2,2%. Alors que les exportations des phosphates et dérivés ont pour leur part connu une augmentation de 7,9% équivalant à +526MDH. Soulignons également qu’à fin février 2021, la balance des échanges de services a affiché un excédent en baisse de 42,2% (- 6.338MDH) à +8.686MDH contre +15.024MDH un an auparavant. Ainsi que l’a noté l’Office, les exportations ont accusé une baisse de 36%, atteignant 19.081MDH à fin février 2021 contre 29.837MDH un an auparavant. Et de préciser : « Cette baisse s’explique à hauteur de 73,5% de la chute des recettes voyages, principale composante des exportations de services ». Quant aux importations de services, les statistiques laissent apparaître un recul de 29,8% équivalant à -4.418MDH. En fin de compte, les recettes voyages se sont établies à 4.266MDH à fin février 2021 contre 12.173MDH une année auparavant, correspondant à une baisse de 65% (- 7.907MDH). Tandis que les dépenses voyages ont de leur côté accusé un recul de 55% (- 1.813MDH), a fait savoir l’Office des changes notant que l’excédent de la balance voyages s’est au final inscrit en baisse de 68,7%. 

Alain Bouithy
Mardi 6 Avril 2021

Lu 352 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Avril 2021 - 17:00 Une saison désespérément creuse