Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le déficit budgétaire se creuse pour le cinquième mois consécutif

A fin août, les recettes fiscales brutes ont reculé de 7,7%




Le déficit budgétaire s’est de nouveau creusé au mois d’août 2020, pour le cinquième mois consécutif, selon les dernières statistiques publiées récemment par la Trésorerie générale du Royaume (TGR).

«Sur la base des recettes encaissées et des dépenses émises, la situation des charges et ressources du Trésor a dégagé un déficit budgétaire de 43,5 MMDH à fin août 2020 contre un déficit budgétaire de 33,8 MMDH un an auparavant», a annoncé la TGR.

A fin juillet dernier, le déficit budgétaire était de 41,3 MMDH contre un déficit budgétaire de 28,7 MMDH un an auparavant. Il faisait suite à trois mois d’affilée de déficits enregistrés en juin (28,8 MMDH contre 22,8 MMDH un an auparavant), mai (23 MMDH contre 22,6 MMDH un an auparavant) et avril (3 MMDH contre 15,5 MMDH un an auparavant).

Pour le mois d’août, le déficit budgétaire tient compte d’un solde positif de 3,6 MMDH dégagé par les comptes spéciaux du Trésor (CST) et les services de l’Etat gérés de manière autonome (SEGMA), a relevé la TGR dans son bulletin mensuel de statistiques des finances publiques (BMSFP) du mois d'août.

Au niveau des recettes, l’exécution de la loi de Finances, sur la base des recettes encaissées et des dépenses émises, fait état d’une diminution des recettes brutes de 0,1%, à 160,5 MMDH contre 160,6 MMDH à fin août 2019.

Selon les économistes de la Trésorerie générale, ce recul s’explique par la baisse des recettes douanières nettes de 12,5% ; de la TIC sur les tabacs manufacturés (- 6,2%) et la hausse des autres TIC (+0,9%) ainsi que par la diminution des recettes nettes de la fiscalité domestique de 5,3%.

A en croire la TGR, la diminution des recettes brutes provient également de la hausse des recettes non fiscales de 56,1%. Ce, en raison notamment de «l’augmentation des versements des comptes spéciaux du Trésor au profit du budget général (16,5 MMDH contre 2,9 MMDH) et des fonds de concours (4.159 MDH contre 570 MDH), conjuguée à la baisse des recettes de monopoles (6.041 MDH contre 6.677 MDH), des recettes de privatisation, des recettes en atténuation de dépenses de la dette (1.215 MDH contre 1.799 MDH) et de la redevance gazoduc (273 MDH contre 699 MDH)», a-t-elle précisé.

Dans cette même période, il apparaît que les recettes fiscales brutes ont été de 130,5 MMDH contre 141,4 MMDH à fin août 2019, en diminution de 7,7%, suite à la baisse des recettes douanières de 12,5% et de la fiscalité domestique de 5,8%, a précisé la Trésorerie générale dans son bulletin du mois dernier.

Au niveau des dépenses, il ressort du bulletin de statistiques des finances publiques que les dépenses émises au titre du budget général ont été de 245,7 MMDH, correspondant à une hausse de 5% par rapport à leur niveau à fin août 2019. Cette évolution est liée à l’augmentation de 2,8% des dépenses de fonctionnement, de 9,8% des dépenses d’investissement et de 6,9% des charges de la dette budgétisée, a expliqué la TGR précisant que la hausse des charges de celle-ci de 6,9% est due à l’augmentation de 12,3% des remboursements du principal (38,1 MMDH contre 33,9 MMDH) et à la baisse de 1,1% des intérêts de la dette (22,8 MMDH contre 23,1 MMDH).

A fin août 2020, il apparaît aussi que «les engagements de dépenses, y compris celles non soumises au visa préalable d’engagement, se sont élevés à 386,9 MMDH, représentant un taux global d’engagement de 60% contre 61% à fin août 2019», a fait savoir la Trésorerie générale dans son bulletin ajoutant que le taux d’émission sur engagements a été de 86% contre 83% un an auparavant.

Concernant les dépenses de fonctionnement émises à fin août, précisons qu’elles se sont établies à 140,2 MMDH, dont 88,9 MMDH ont concerné les traitements et salaires qui enregistrent une hausse de 7,2%. Selon les statistiques du mois dernier, «les dépenses de matériel ont augmenté de 4,4% (33 MMDH contre 31,6 MMDH) et les dépenses des charges communes ont diminué de 17% (13,5 MMDH contre 16,3 MMDH) en raison notamment de la baisse des émissions de la compensation de 47,5%», peut-on lire.

Signalons également l’accroissement de 9,8% ou +4 MMDH des dépenses d’investissement émises au titre du budget général qui se sont ainsi établies à 44,6 MMDH à fin août 2020 contre 40,6 MMDH un an auparavant, en raison de la hausse des dépenses des charges communes de 36,5% et à la baisse des dépenses des ministères de 8,9%.

Avec un solde s’élevant à 3,4 MMDH, les recettes des comptes spéciaux du Trésor ont atteint 91,2 MMDH alors que les dépenses émises ont été de 87,8 MMDH. Tandis que les recettes des services de l’Etat gérés de manière autonome ont de leur côté été de 1.124 MDH contre 1.748 MDH à fin août 2019, en baisse de 35,7%.

Alain Bouithy

Alain Bouithy
Dimanche 13 Septembre 2020

Lu 438 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 27 Septembre 2020 - 18:00 L'événementiel en quête de perspectives meilleures