Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le cinéma marocain s'impose désormais avec force sur la scène arabe




Le cinéma marocain s'impose désormais avec force sur la scène arabe
Le cinéma marocain, qui a enregistré un saut qualitatif ces dernières années, s'impose désormais avec force sur la scène cinématographique arabe, ont affirmé des cinéastes et acteurs arabes.
Dans des déclarations à la MAP, en marge du 34ème Festival du cinéma méditerranéen d'Alexandrie, ces cinéastes et acteurs ont souligné que l'industrie du cinéma au Maroc a enregistré, ces dernières années, des avancées majeures, vu la hausse de la production cinématographique et la multiplicité des sujets traités par les réalisateurs marocains touchant les différentes facettes de la vie.
Ils ont considéré, dans ce sens, que la subvention gouvernementale aux nouvelles productions cinématographiques au Maroc est « importante », ce qui a contribué à l'essor d'une nouvelle génération de réalisateurs et professionnels de cinéma ayant fait leurs études dans les plus grands instituts et facultés au monde.
"Nous admirons le développement que connaît le cinéma marocain ces dernières années, ce qui lui a permis de devenir une plaque tournante de l'industrie du cinéma à l'échelle arabe et internationale", a déclaré le réalisateur égyptien Majdi Ahmed Ali, auteur de films et séries télévisées, comme "Khaltat Fouzia", "Mawlana", ou encore "Mamlakat Al Jabal".
"Je suis touché par la qualité de certaines oeuvres réalisées par de jeunes réalisateurs marocains, non seulement parce qu'ils abordent des sujets contemporains osés, mais parce qu’ils font recours à un langage sublime et excellent en termes de musique utilisée et de techniques de tournage", a-t-il ajouté.
Même son de cloche chez le réalisateur palestinien Rachid Mecheharaoui qui a indiqué qu'il est un habitué des festivals marocains, faisant observer que le saut réalisé par le septième art marocain ces dernières années est incontestable, lequel est, selon lui, le fruit d'un travail assidu et sérieux.
La participation du cinéma marocain dans les plus grands festivals au monde est devenue coutume, à la faveur d'un travail acharné et qualitatif mené par les industriels du cinéma au Maroc, a-t-il ajouté.
Quant au réalisateur égyptien Yahya Ahmed, il a considéré que les films marocains qui participent aux différents festivals arabes et internationaux se distinguent toujours par leur contenu, leur portée créative outre la qualité du tournage.
De son côté, l'acteur syrien Abass Nouri a relevé que les avancées accomplies par le cinéma marocain sont le fruit du talent avéré des cinéastes du Royaume en matière d'interprétation, de production et d'ouverture sur d'autres courants artistiques.
Ces avancées aussi bien qualitatives que quantitatives permettront au cinéma marocain de s'ériger en destination phare de la "culture cinématographique arabe".
Le même constat a été mis en avant par l'acteur jordanien Akef Najem qui a fait part de son admiration pour les œuvres cinématographiques marocaines qui, a-t-il dit, portent des messages humanistes constructifs avec une brillante approche artistique qui fait appel aux effets spéciaux dans l'interprétation et les techniques de tournage.
Le 34ème Festival du cinéma méditerranéen d'Alexandrie a ouvert ses portes, mercredi soir, avec la participation de 85 films représentant 25 pays, dont le Maroc, invité d'honneur de cette édition.
A cette occasion, quatre films marocains seront projetés dans le cadre de la section "Panorama marocain", à savoir "Walwalat al rouh" (Cri de l'âme) d'Abdelilah Jouhary, "Kilikis, la cité des hiboux" d'Azzelarabe Alaoui, "Le silence des papillons" de Hamid Basket et "Klam Essahra" (Les voix du désert) de Daoud Oulad Sayed.

Libé
Lundi 8 Octobre 2018

Lu 778 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif