Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le cinéma malien remporte le Grand prix du FIDADOC




Devant un public très nombreux, la Salle Brahim Radi à Agadir a abrité la cérémonie de clôture de la 9ème édition du Festival international du film documentaire (FIDADOC). Après une semaine de compétition (8-13 mai), cette édition a baissé le rideau samedi dernier. Sur les 11 courts métrages, trois ont été primés par le jury officiel composé de Maria Daïf, directrice de l'espace culturel l'Uzine (Maroc), de Jérôme Le Maire, réalisateur (Belgique), de Moncef Taleb, ingénieur du son et producteur (Tunisie), de Virginie Lenhart, réalisatrice (France) et d'Awa Traoré, réalisatrice (Mali). Ainsi le prix du jury a été décerné au film «Madame Saïdi» réalisé par Bijan Anquetil et Paul Costes.  Le film raconte l’histoire d’une comédienne iranienne. Le prix du public a été octroyé au film «Los Linos» de la réalisatrice chilienne Maite Alberdi. Le film relate l’histoire d’un groupe d’amis trisomiques pour vivre, travailler et s’aimer comme tout le monde. Quant au Grand prix feue Nouzha Drissi (fondatrice du festival) il a été attribué au film malien «Les Héritiers de la colline» d’Ousmane Samasseko. Le film parle de pouvoir et de corruption au sein du syndicat des étudiants maliens.
Réda Benjelloun, directeur des magazines et documentaires de la chaîne 2M TV, partenaire officiel du festival, a remis le Grand Prix 2MTV à «Tigmi Igren», un film documentaire marocain de la réalisatrice Tala Hadid. L’opus raconte l’apprentissage de la vie par deux jeunes sœurs dans les montagnes du Haut Atlas.
Rappelons que cette édition a été marquée par l’annonce de l’intégration du FIDADOC au Festival des trois Continents initié par la mairie de Nantes. Dans une déclaration à Libé, Gilda Salun, délégué à la culture scientifique et technique à Nantes, a révélé que ce Festival se présente en tant qu’atelier de «formation aux outils de la coproduction internationale» qui s’adresse en principe aux jeunes producteurs et réalisateurs d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Une première expérience a été menée par de jeunes talents sous forme d’entraînement au pitch en public. Pour sa part, Mme Naima Elfetthaoui, vice-présidente chargée des affaires culturelles, à Agadir, a exprimé le soutien de la commune à cette nouvelle expérience au profit de jeunes talents de la région et d’Afrique.

H.Abdallah
Mardi 16 Mai 2017

Lu 691 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.