Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


Le cinéma et les droits de la famille: Thématique de la nuit blanche organisée à la BNRM


Libé
Mardi 26 Juillet 2022

Le cinéma et les droits de la famille: Thématique de la nuit blanche organisée à la BNRM
La Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM) a abrité la 11ème édition de la nuit blanche du cinéma et des droits humains, initiée par l'Association des Rencontres Méditerranéennes du Cinéma et des droits de l'Homme (ARMCDH) sous le thème: "Cinéma et droits de la famille". Le choix de la famille comme thématique pour cette édition a pour but de mettre en exergue le rôle central de cette entité dans le débat public sur la gestion de la crise, notamment après deux ans d’état d’urgence sanitaire, de longues périodes de confinement, de restrictions de liberté de circulation, et de problèmes y afférents à l'instar des violences familiales, de la protection des personnes âgées et de l'incapacité à assister aux funérailles des proches décédés. S’exprimant à cette occasion, la présidente de l'ARMCDH, Fadoua Maroub, a souligné que cette édition, qui se focalise sur les droits de la famille, a pour but de discuter du nouveau concept sociologique de la famille et de son impact sur les politiques publiques, eu égard à son rôle central dans la résolution d'un ensemble de problèmes sociaux apparus pendant la période du confinement induite par la crise sanitaire de la Covid19. Le nombre important desfilms ayant pris part à cette édition reflète la place qu’occupe la question des droits de la famille comme une thématique qui inspire la production artistique au Maroc, a-telle fait remarquer, tout en appelant la société civile à accorder à ce concept la place qui lui échoit, compte tenu de la dimension légale que le code de la famille lui a accordées, et qui vient d'être consacrée par la Constitution de 2011. Pour sa part, le directeur de la BNRM, Mohammed El Ferrane, a indiqué que les bibliothèques nationales, dans leur nouveau concept, sont devenues des espaces de communication intellectuelle et de discussion ouverte sur les questions qui intéressent la société civile, mettant en relief l'importance du thème choisi, au regard des transformations que le concept de la famille connaît, notamment d’un point de vue juridique. Il a, en outre, mis en évidence la particularité de cette nuit blanche qui se veut une occasion de se débattre autour du concept de la famille, ainsi qu’une opportunité de combiner entre l’image, à travers un certain nombre de films, et les échanges, à travers la table ronde organisée dans le cadre de cette édition. De son côté, la représentante de l’ONU-Femme au Maroc, Leila Rhiwi, s’est réjouie de cette initiative, ainsi que du choix de "la famille" comme thématique, notant qu'il s'agit d'une occasion de sensibiliser l'opinion publique à d'autres questions importantes liées à la famille, telles que les droits des enfants et des femmes. Neuf films ont été programmés en plein air et sur la plateforme cinéma digitale de l’ARMCD, à savoir "Ma vie de courgette" de Claude Barras (Suisse), "Naima" de Sami Saif Sirelkhatim (Maroc), "L’automne des pommiers" de Mohamed Mouftakir (Maroc), "The art of illusion" de Claudia Varejão (Portugal), "Wajib" de Annemarie Jacir (Palestine), "Renault 12" de Mohamed El Khatib (France- Maroc), "Pupille" de Jeanne Herry (France), "Tender Threads" de Ouijdane Khallid (Maroc) et "Jean" de Louis Heem (France). Présentant son film "L’automne des pommiers", le réalisateur marocain Mohamed Mouftakir a indiqué qu’il s’agit d’une fiction qui relate l'histoire d'un enfant qui cherche un père, et qui s'est ensuite trouvé dans un cycle d'événements sociaux conflictuels. Il s'agit d'un film qui met en évidence la problématique de la famille, qui est le thème de cette édition, a-t-il ajouté. La Nuit Blanche du cinéma et des droits humains est organisée en partenariat avec la fondation Heinrich Böll Rabat, l'ONU femmes Maroc, l'Institut français, l'ambassade de Suisse au Maroc, l'ambassade du Portugal au Maroc, l'Institut Camões, l'Agence portugaise du court-métrage et le Centre cinématographique marocain. Créée en 2010, L’ARMCDH a pour missions de promouvoir la culture des droits de l’Homme à travers le cinéma, d’encourager et soutenir la création marocaine et la production de tous types de réalisations cinématographiques (documentaires, films de fiction, films d’animation, etc.). La 11ème édition de la Nuit blanche du cinéma et des droits humains s’est tenue les 22 et 23 juillet à la BNRM et se tient en ligne jusqu'au 31 juillet, sur la plateforme de l'ARMCDH, sous le thème: "Cinéma et droits de la famille".


Lu 1418 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.