Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le cinéma en plein air s'invite à Berkane

En marge du Festival “Cinéma sans frontières’’




Rapprocher le cinéma des habitants et contribuer à l’animation culturelle et artistique en cette période d’été, tels sont les principaux objectifs des soirées cinématographiques organisées les 26 et 27 août dans la ville de Berkane. Cette manifestation, la première du genre dans cette cité, est initiée par le conseil communal en partenariat avec l’Association Al Amal pour la coexistence et le développement en marge de la 5è édition du Festival de Saïdia '’Cinéma sans frontières’’. Lundi soir, plusieurs amateurs et passionnés du 7è art, mais également beaucoup de curieux, ont convergé vers la Place Mohammed VI où les organisateurs ont installé un grand écran pour des projections sous les étoiles. La première soirée a été marquée par la projection de deux films, certes il ne s’agit pas de nouveautés mais de productions marocaines à succès, dont le premier long-métrage de Moncef Malzi ’’Taxi Bied’’ qui raconte les joies et les faiblesses d’un groupe de personnes réunies par un drôle et improbable concours de coïncidences et de circonstances dans un Grand taxi dont le chauffeur n’est autre que Mohamed Lkhiari. La soirée a été rehaussée par la présence de certaines figures du cinéma marocain, plus particulièrement les actrices Touria Alaoui et Amal Temmar, l’acteur Saïd Bey, le jeune réalisateur Naoufel Berraoui et l’acteur et réalisateur Hakim Noury qui a promis à l’assistance de revenir une nouvelle fois à Berkane et plus encore ’’avec un film’’. Lors de la deuxième et dernière soirée de cette manifestation cinématographique, les habitants et les visiteurs de la ville étaient au rendez-vous avec la projection d’un court métrage suivi d’un long-métrage et ce, explique le directeur du festival de Saïdia, Benyounes Bahkani, dans l’objectif de montrer, surtout aux jeunes qui n’ont pas eu l’occasion d’aborder des salles de cinéma, la diversité de formes, de techniques et de genres cinématographiques.
La ville de Berkane disposait dans les années 1970 d’un ciné-club qui a influencé et amplement contribué à l’orientation de plusieurs jeunes vers des métiers du cinéma, de même qu’elle comptait quatre salles obscures, avant qu’elles ne ferment leurs portes l’une après l’autre, a-t-il rappelé dans une déclaration à la MAP, déplorant dans ce sens le fait que de nombreux jeunes n’ont pas eu l’occasion de fréquenter des salles de cinéma qui offrent de bonnes conditions de spectacle et où les projections se font dans le respect des normes requises. Selon lui, le cinéma en plein air de Berkane se veut un apport et une initiative pour combler le vide laissé par les salles obscures, favoriser le rayonnement de la culture cinématographique, contribuer à l’épanouissement des jeunes et créer un espace de contact et de rencontres avec des cinéastes marocains et étrangers et des invités du monde de la culture et de l’art. Cette manifestation tend aussi à faire connaître les richesses culturelles et historiques et le patrimoine naturel et humain dont jouit la province de Berkane en particulier, et la région de l’Oriental en général, a-t-il enchaîné, estimant que ces énormes potentialités (mer, désert, montagnes, patrimoine matériel et immatériel, infrastructures culturelles…) peuvent être mises à profit pour développer l’industrie cinématographiques dans cette région qui regorge de talents dans différents domaines. M. Bahkani a souligné, à cet égard, l’importance de la mobilisation de l'ensemble des acteurs, public et privé, pour promouvoir le patrimoine culturel de l’Oriental sous tous ses aspects et faire de la culture un puissant vecteur de développement. Il a, par ailleurs, rappelé que le Festival de Saïdia ‘’Cinéma sans frontières’’ (28-31 août) prévoit outre la projection de films représentant le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, l’Egypte, la Turquie et la France, l’organisation de conférences axées notamment sur l’industrie cinématographique dans la région de l’Oriental, la migration dans le cinéma marocain et étranger, la langue cinématographique à la lumière de l’officialisation de la langue amazighe et bien d’autres sujets. Quatorze films dont sept longs métrages seront en lice pour s’adjuger l’un des prix de ce festival, dont ceux de meilleurs réalisateur, scénariste et acteurs, en plus du prix du jury, du Grand prix «Perle Bleue» consacré à la catégorie long-métrage et du prix «l’Orange» dédié au meilleur court-métrage.

A.A
Jeudi 29 Août 2019

Lu 1898 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 18:55 Le secteur du livre affaibli par la pandémie

Vendredi 18 Septembre 2020 - 16:57 Décès de Mohamed Talal