Le cinéma a un avenir prometteur grâce à une nouvelle génération de réalisateurs créatifs

Paolo Sorrentino, président du jury


Libé
Lundi 14 Novembre 2022

Le cinéma a un avenir prometteur grâce à une nouvelle génération de réalisateurs créatifs, a affirmé samedi le président du jury de la compétition officielle de la 19ème édition du Festival international du film de Marrakech, le réalisateur italien Paolo Sorrentino.

"Je suis content de voir que le cinéma a un avenir prometteur avec de nouveaux réalisateurs créatifs", a déclaré M. Sorrentino lors d'une conférence de presse du jury organisée dans le cadre de cette édition placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI. 

"Les sentiments sont ce qui importe le plus dans un film", selon le réalisateur qui a exprimé son désir de regarder, parmi les films en compétition, des œuvres portant de nouvelles idées et de nouveaux messages.


Pour sa part, la réalisatrice libanaise Nadine Labaki a estimé que l'acteur, le metteur en scène et l'artiste en général doivent être responsables lorsqu'ils évoquent des questions et des événements d'intérêt public, mettant en exergue le rôle que jouent les cinéastes dans le traitement des questions politiques et sociales dans leurs œuvres artistiques.

Elle a affirmé qu'elle croit au message de l'art, en particulier du cinéma, puisqu'il "crée une sorte de sympathie autour des problématiques qui ne peuvent être ignorées", considérant que les artistes "ont leur mot à dire et leur point de vue sur tous les sujets", qu'ils soient politiques ou sociaux.


De son côté, l'actrice britannique Vanessa Kirdy a estimé que le film réussi est celui qui déconstruit les préjugés sur les expériences humaines et fait en sorte que le spectateur se sente profondément lié aux thématiques traitées au film.


Quant à l'actrice allemande Diane Kruger, elle a exprimé sa joie de faire partie du jury de la 19ème édition du Festival international du film de Marrakech qui célèbre le cinéma et les cinéastes, en particulier les jeunes réalisateurs, se félicitant de partager une expérience collective avec le reste des membres du jury.


L'acteur français Tahar Rahim a, pour sa part, estimé que la sélection des films pour participer à la compétition officielle du festival est une "victoire en soi".


La réalisatrice marocaine Laila Marrakchi a, de son côté, abordé la question de l'égalité entre les hommes et les femmes dans le monde du cinéma, mettant l'accent sur son combat perpétuel pour cette cause.


Le réalisateur australien Justin Kurzel a, quant à lui, exprimé sa joie de faire partie du jury officiel de la compétition, soulignant que le prix du jury que son long métrage avait remporté lors d'une précédente édition du Festival international du film de Marrakech se veut une expérience "très importante".


Lu 1764 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >