Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Venezuela dénonce l'enlèvement de huit soldats par un groupe armé colombien



Le ministre de la Défense vénézuélien a dénoncé samedi "l'enlèvement" de huit soldats par un groupe armé d'irréguliers colombiens, dans le sudouest du Venezuela, près de la Colombie, une zone où se déroulent des combats avec l'armée depuis le 21 mars.

"Pendant les combats, huit militaires professionnels ont été capturés. Nous avons reçu des preuves de vie le 9 mai. Nous dénonçons devant la communauté internationale (...) l'infâme enlèvement de ces soldats", a déclaré le ministre Vladimir Padrino Lopez, dans un communiqué lu à la télévision, confirmant l'annonce faite lundi par une ONG de défense des droits de l'Homme. "Nous exigeons de leurs ravisseurs (...) la préservation de leur vie et de leur intégrité physique (...) Nous avons effectué des contacts conduisant à leur libération prochaine et la Chancellerie (ministère des Affaires étrangères) se coordonne avec le Comité international de la Croix-Rouge pour faire le lien avec nos frères combattants", a ajouté le ministre.

Lundi, l'ONG Fundaredes, très critique du pouvoir, avait rendu public un communiqué émanant d'un groupe dissident des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc). Dans le texte, ce groupe disait avoir "capturé comme prisonniers de guerre" huit soldats dont il donnait l'identité. Il en appelait "aux bons offices de la Croix-Rouge" à qui il disait vouloir les remettre.

Jointe par l'AFP, la Croix-Rouge avait reconnu avoir pris connaissance du texte sans vouloir faire d'autres déclaration, son travail humanitaire "étant régi par des principes de neutralité et de confidentialité".

Dans une vidéo que l'AFP s'est procurée par le biais d'une source militaire, cinq personnes - les mains liées dans le dos - se présentent comme des membres des forces armées vénézuéliennes et disent avoir été capturés par les Farc dans la ville de La Victoria, dans l'Etat d'Apure (ouest), épicentre du conflit. "Nous avons établi des contacts propices à leur libération rapide", a assuré M. Padrino. Il a également déclaré que le ministère des affaires étrangères se coordonnait avec la Croix-Rouge pour "servir de liaison dans le transfert" des soldats capturés.

Depuis fin mars, les combats dans cette région de grande insécurité et à la frontière poreuse ont fait 16 morts du côté de l'armée, selon le bilan officiel du ministère de la Défense vénézuélien qui a fait état de "pertes" infligées à l'ennemi et de plus d'une trentaine de prisonniers. Des milliers de civils ont fui le secteur. Caracas, qui renforce régulièrement ses troupes dans la zone, dit avoir lancé en mars des opérations pour libérer son territoire de toute incursion de groupe armé colombien. Le Venezuela accuse ces groupes d'avoir posé des mines antipersonnel et d'être en cheville avec le narco-trafic. Il accuse aussi le président colombien Ivan Duque d'être impliqué.

Libé
Dimanche 16 Mai 2021

Lu 204 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS